Où en est le report de l’épreuve de vérification des connaissances des Padhue ?

Au mois de novembre dernier, l’épreuve de vérifications des connaissances des praticiens diplômés hors Union Européenne avait été annulée 3 jours avant le début. Le 4 février le CNG a communiqué les nouvelles dates des épreuves, qui se dérouleront à partir du 31 mars. Mais des zones d’ombre persistent.

Annulation, report et confusion. Les épreuves de vérification des connaissances des Praticiens diplômés hors Union européenne (Padhue) devaient se tenir initialement à partir du 3 novembre 2020. Elles avaient été annulées et leur report « étudié en fonction de l'évolution de la crise sanitaire », pouvait-on lire sur le site du Centre National de Gestion (CNG) comme indiqué dans un précédent article.

Le CNG avait ensuite expliqué ce choix à WUD« Organiser un concours réunissant autant de candidats en période de pandémie ne va pas de soi », nous expliquait-il en novembre. Par ailleurs, « le CNG a entendu les contraintes des hôpitaux qui doivent préserver les ressources médicales pour la gestion de la crise : en effet soustraire  500 PH/PUPH de leur activité hospitalière pour constituer les jury et faire passer un concours n’est pas un choix anodin en cette période de crise sanitaire inédite ». Autre raison mentionnée : un nombre non négligeable de Padhue n’ayant pas pu retirer leurs convocations, étant restés bloqués hors de l’espace Schnengen. 

Le 4 février 2021, le CNG a publié un flash information sur son site indiquant que les épreuves se dérouleront finalement à partir du mercredi 31 mars 2021 par spécialités et jusqu’au 16 avril 2021.  

Les dispositions mises en place concernant la tenue et le déroulement des épreuves seront confirmées le 15 mars prochain. « Les candidats régulièrement inscrits au titre de la session 2020 pourront télécharger leur nouvelle convocation à la rubrique "inscription" à partir de la deuxième quinzaine du mois de février 2021 », peut-on lire sur le site du CNG. Aucune nouvelle inscription n’est en revanche possible.

Du côté des concernés, la confusion persiste. « Tout le monde sait qu'il y aurait un maintien de fermeture des frontières en provenance de la France pour certains pays, indépendamment de l'ouverture ou non des frontières de l'espace Schengen », témoigne une Padhue qui préfère garder l’anonymat. Exerçant en pédiatrie à Paris, elle prépare son concours en parallèle de ses heures de travail. « Préparer un concours demande un effort considérable, et là on doit le faire en plus de notre exercice médical. Cela fait deux fois que me prépare, je me demande si cela vaut le coup cette-fois ou s'il sera encore reporté », se désole-t-elle. « On ne connait pas non plus les modalités de l'examen, si ce sera à distance ou non. En novembre on pensait qu'on allait le passer, on avait nos convocations, tout était en règle, et cela a été annulé. Du coup cette fois-ci on a du mal à se projeter.»
 
« Tous les autres concours sont maintenus sans litiges (dont le concours national de praticiens hospitaliers qui est en train d'avoir lieu actuellement au CNG). Le CNG est en train de pénaliser des centaines voire des milliers de médecins spécialistes actuellement en France, empêchés d'exercer leur spécialité et d'apporter un renfort nécessaire aux services hospitaliers durant la crise sanitaire, uniquement sur un critère de nationalité. Dans son allocution en octobre 2020, Monsieur le Président avait précisément dit qu'il faut "cinq ans pour former un infirmier-réanimateur, dix ans pour former un anesthésiste". Ce concours infiniment reporté permettrait à la France "d'obtenir" 1300 médecins spécialistes (et non des internes en début de formation) en trois semaines au lieu de dix ans ». 

En attendant, cette Padhue se sent dans le flou, stressée par cette situation incertaine. Pour avoir ses réponses, prochaine étape, le 15 mars. 
 

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Dans l'optique du choix des spé et des établissements suite aux #ECNi2020, WUD lance une série d'entretiens avec des responsables de syndicats d'...

La conférence de rentrée des doyens des facultés de médecine est revenue sur trois sujets principaux : le racisme, l’antisémitisme et le sexisme ; la...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.