Numerus Apertus 2021-2025 : Cinq ans, et plus de cinquante mille étudiants

Selon les objectifs nationaux pluriannuels, 51 505 étudiants en médecine devraient être formés entre 2021 et 2025.

Au revoir le numerus clausus qui limitait le nombre d'étudiants au niveau national, bonjour les objectifs nationaux pluriannuels qui prennent en compte les capacités d'accueil de chaque université. À la suite de la réforme du premier cycle des études de médecine, les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur viennent d’annoncer le nombre de professionnels de santé à former pour les cinq prochaines années.

« L’objectif national pluriannuel relatif au nombre de professionnels de santé à former en médecine, pour la période 2021-2025, est défini à 51 505 », a annoncé le gouvernement par le biais d’un décret publié le 13 septembre au Journal Officiel. Un ratio qui se situe à mi-chemin entre le seuil minimal et maximal d’objectifs de formation, se situant respectivement à -5 % (48.850) et +5 % (54.160) des capacités actuelles d’enseignement.

À lire aussi : 

Études de santé : à qui profite la réforme de la première année ?

Réforme des études de santé : le ministère de l’enseignement supérieur maintient le cap

Pour proposer ces objectifs, un nombre important d’informations a été pris en compte. À savoir « les besoins de santé et d'accès aux soins du territoire » ; « les capacités de formation disponibles » et enfin  « les objectifs de diversification des lieux de stages et des données démographiques nationales ». « La conférence nationale a tenu compte des propositions établies par les agences régionales de santé et les universités, à l'issue des concertations régionales associant les acteurs régionaux du système de santé », précise le décret.

Une analyse importante alors que le creux démographique des médecins ne sera résorbé qu’en 2035 selon la DREES. « Ces objectifs sont définis pour répondre aux besoins du système de santé, réduire les inégalités d'accès aux soins et permettre l'insertion professionnelle des étudiants », rappellent les ministères.

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

À Brest, les étudiants en kiné doivent débourser 5770 euros par an ! Le problème n’est pas nouveau, mais il prend une ampleur telle que la Fédération...

Pour la seconde année consécutive, la simulation en chirurgie thoracique et cardio-vasculaire s’invite à Rouen. Un terrain d’entraînement intensif,...

Peu de formations adaptées, difficultés de compréhension avec les mathématiciens… Nombreux sont les médecins qui souhaitent s’investir dans des...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.