Et si mon remplaçant à Noël était un télémédecin ?

Alors que la télémédecine démarre avec difficulté en France, la pénurie de remplaçants pendant la période de Noël semble inciter des officines spécialisées (docteursecu.fr, par exemple) à contacter des médecins en mal de confrères disponibles et à les inciter à mettre leur patientèle en contact avec des télémédecins pour des périodes restreintes. L’idée est simple : si c’est le médecin en vacances qui oriente ses patients vers un confrère télémédecin, alors les patients pourraient être remboursés. Pas de détournement de clientèle, une aide ponctuelle, des patients pris en charge avec partage des données… Certains sites proposeraient même des contrats de « suppléance  médicale » pour les vacances : les patients seraient orientés vers le « site remplaçant » où ils prendraient RDV avec le « médecin remplaçant » ayant accès au dossier du patient. Ainsi, des remboursements seraient possibles.
WUD a contacté des médecins exerçant auprès d’assureurs proposants des téléconsultations incluses dans des contrats mutualistes, et ils ont précisé qu’aucun renfort médical n’a été prévu pour les vacances de Noël.
 

Avenant 6

Les textes de l’avenant 6 sur la téléconsultation précisent que le médecin doit avoir accès au dossier et que le patient doit avoir été vu en présentiel dans les douze derniers mois. Aucune précision n’est donnée quant aux remplaçants et aux possibilités de téléconsultation.
Mais le 4 décembre, le directeur de la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) Nicolas Revel, s’est déclaré ouvert à une modification de l’avenant 6 à l’occasion du congrès annuel de la Société Française de Télémédecine. Dans un cadre « territorialisé » et non centré sur une logique « patient consommateur », Nicolas Revel a ouvert une porte à la modification de l’avenant « pour que ce texte s’adapte à toutes les situations cliniques ». Et de citer la dermatologie, la psychiatrie et l’ophtalmologie. Quid des médecins remplaçants ? Le sujet n’a pas encore été abordé.
La rédaction de WUD a contacté le Conseil National de l’Ordre des Médecins qui n’a pas répondu, peut être en raison de l’actualité récente du Cnom.
 
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les algorithmes seront-ils à la base de la médecine du futur ?
Presse auscultée. La semaine dernière a été « exceptionnelle pour les startups françaises avec plus de 200 millions d’euros levés », selon Maddyness...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.