Cancer : l’Anses alerte contre des traitements eux-mêmes cancérogènes

Article Article

L’Anses demande que 18 produits soient classés sur la liste des substances cancérogènes. Ils représentent notamment un risque pour les soignants qui les manipulent.

Cancer : l’Anses alerte contre des traitements eux-mêmes cancérogènes

Soignants en services de cancérologie, l’Anses tire la sonnette d’alarme ! Ce mardi 20 juillet, l’Agence a alerté contre le risque cancérogène de certains traitements utilisés pour soigner des cancers. 18 produits sont concernés, il s’agit de médicaments cytostatiques, utilisés pour les chimiothérapies.

Face à ce risque, l’Anses demande à ce qu’ils soient classés sur la liste des substances cancérogènes. Le but : que les professionnels de santé qui les manipulent soient mieux informés et formés à leur utilisation et aux risques qui en découlent.

Selon les estimations de l’institution, 92 000 professionnels sont exposés à ces substances. C’est le cas notamment des infirmiers, aides-soignants, médecins, vétérinaires, personnels de nettoyage exerçant à l’hôpital comme au domicile des patients.

Faire figurer les substances sur cette liste serait un moyen de prendre des mesures de protection. Actuellement, étant considérées uniquement comme des médicaments, elles n’apparaissent pas dans le règlement européen qui répertorie les substances « chimiques cancérogènes mutagènes et reprotoxiques » (CMR), ce qui permettrait d’imposer une règlementation dans le code du travail.

 

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers