Le chirurgien de Gap relaxé, les cimentoplasties étaient justifiées

LIbération

Le tribunal judiciaire de Gap a relaxé jeudi un chirurgien accusé d’avoir opéré entre 2015 et 2017 quelque 126 patients au moyen d’une technique non conforme en France, a indiqué le procureur la République de Gap.

"Je vous confirme la décision de relaxe", a indiqué à l'AFP le procureur Florent Crouhy, qui avait requis lors du procès en mars une peine de 10 000 euros d'amende, dont 5 000 avec sursis.

Ex-chirurgien du service d'orthopédie et de traumatologie de l'hôpital de Gap, Gilles Norotte opérait ses patients en employant la cimentoplastie discale percutanée, une méthode pratiquée à l'étranger consistant à injecter du ciment acrylique dans les espaces vides des disques endommagés de la colonne vertébrale.

Selon le procureur, le praticien avait utilisé une méthode "innovante" sans "l'aval de l'autorité compétente" ni le "consentement libre, éclairé ou express" de ses patients.

La cimentoplastie visait à soulager la douleur des patients

Gilles Norotte avait de son côté expliqué avoir agi dans le cadre de "soins courants" pour justifier pourquoi il n'a pas soumis cette "simple injection" à la législation Jardé, qui impose notamment un protocole comprenant le consentement éclairé du malade et l'approbation d'un comité de protection des personnes (CPP).

Le chirurgien avait rappelé que l'injection de ciment, dont il a souligné l'effet antalgique immédiat, était utilisée "dans la pratique courante pour solidifier des fractures de la colonne vertébrale" et depuis "plus de soixante-cinq ans" pour "maintenir les espaces intervertébraux".

L'usage de cette pratique chirurgicale visait selon lui uniquement à "soulager la douleur" de ses patients et leur "éviter, compte tenu de leur âge, une chirurgie plus lourde".

Il encourait jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

 

Avec AFP

 

 

 

 

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Parmi toutes les spécialités médicales, une seule peut se vanter d’avoir joué un rôle pionnier en matière de prise en compte des enjeux écologiques...

Comment faire face à l’urgence et libérer du temps médical ? En coordonnant davantage les parcours de soins et pour cela en s’appuyant sur les autres...

Olivia Fraigneau, interne en médecine d’urgence à l’AP-HP, prend ses fonctions de présidente de l’ISNI le 12 septembre. Ancienne présidente de l’...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.