Classement des CHU et des spécialités

Le classement des CHU et des spécialités réalisé par la rédaction est le premier qui établit les préférences des jeunes médecins à l’issue des ECNI. Il est basé sur le rang moyen des futurs internes qui choisissent CHU et spécialités pour leur troisième cycle.

Notre classement analyse les choix de CHU et de spécialité formulés par les nouveaux internes en fonction de leur rang de classement. Cette analyse exclut les étudiants du Service de santé des Armées (SSA) ainsi que ceux sous contrat d’engagement de service public (CESP), qui choisissent parmi des postes dédiés. Ces résultats permettent de classer les 28 CHU et les 44 spécialités selon le rang de classement moyen des futurs médecins qui les ont choisis. Ensuite le classement est établi pour les CHU au sein de chaque spécialité et pour les spés au sein de chaque CHU.

Cette année, après des ECNi décalées, 8 161 étudiants ont pu faire leur choix d’affectation (hors SSA et Cesp) avant de débuter leur internat en pleine deuxième vague de l’épidémie.

Le classement général des Spé !

Des indétronables, ou presque…

C’est sans surprise cette année que le tiercé de tête de notre classement demeure constitué, dans l’ordre, de la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, de l’ophtalmologie, et de la dermatologie-vénéréologie. La spé maladies infectieuses et tropicales perd 1 place et sort du quinté, dans la continuité d’une tendance observée à la baisse depuis 2018. Car l’infectiologie était 3e en 2017, 4e en 2018, 5e en 2019 pour être maintenant 6e. Sous les feux de la rampe en cette année de pandémie, peut-être que la tendance s’en trouvera inversée l’année prochaine ?

Quelques changements

Certaines spécialités ont pu cette année se faire remarquer par une remontée de quelques places. À ce jeu, la chirurgie orale prend 7 places. Mais son petit nombre d’étudiants rend le classement de cette spé très changeant.

La médecine interne-immunologie clinique remonte de 6 places et récupère de pertes des années précédentes. La gynécologie obstétrique en gagne 4, confirmant ainsi une tendance à prendre du galon en termes d’intérêt chez les futurs médecins.

Enfin la chirurgie pédiatrique perd 8 places, mais pas de panique car là aussi le petit effectif est source de grandes variations de classement. À suivre donc !

Un quinte + de fin

C’est fidèles au poste que nous retrouvons encore cette année, sans changement, en fin de classement : psychiatrie, gériatrie, santé publique, biologie médicale ainsi que médecine et santé au travail. Elles suivent la médecine générale, qui avait quitté la queue de classement mais s’en rapproche encore un peu cette année.

Voici venu le nouveau classement des CHU !

Et qui est le premier ? Roulement de tambour... LES HOSPICES CIVILS DE LYON !

Bon en même temps, d’une année sur l’autre, l’affaire s’est souvent disputée entre Lyon et Montpellier. Sauf l’année dernière, quand Nantes y avait mis son grain de sel en leur chipant la vedette ! Mais où sont passés les Nantais d’ailleurs ?

En 6e position, avec une perte de 5 places… Que leur est-il arrrivé ? Voilà une question que la Rédaction n’a pas manqué de se poser (lire aussi pages 24-27)… Du coup cette année, le tiercé gagnant est composé des HCL, du CHU de Montpel’ et de celui de Rennes !

Par ailleurs, on observe une chute pour les CHU d’Amiens et Poitiers qui terminent cette année en queue de classement. Notons tout de même qu’ils n’avaient que récemment réussi à la quitter : l’essai n’a donc pas été transformé !

De leur côté, les CHU de Tours et Nancy perdent 5 places quand à l’inverse celui de Limoges en gagne 5. Quelques cartes rebattues donc… Il s’en est fallu de peu qu’il en soit de même pour Paris. L’AP-HP parvient tout juste à se maintenir dans le top ten ! Suivie d’ailleurs à 19 points d’écart au rang moyen par le CHU de La Réunion. Sur le thème de David et Goliath, Rendez-vous l’année prochaine pour en connaître l’issue… Le CHU de La Réunion viendra-t-il se positionner devant l’AP-HP et l’AP-HM ? Ti ash i koup gro bwa !*

*Une petite hache peut couper une grosse bûche.

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Depuis le 20 juin dernier, les internes des nouvelles spécialités issues de la réforme du troisième cycle ont enfin accès aux remplacements. Une...

Cadre juridique des signalements, fonctionnement des stages, sensibilisation à l’éthique, outils de prévention… Ce 26 mai, le Président de la...

Le 18 mai à 20h, Olivier Véran s’est exprimé lors d’une visioconférence en direct avec les étudiants en santé et internes, pour répondre à leurs...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.