Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la grosse thune des futurs docteurs juniors

Ça y est ! C'est officiel, on sait enfin combien vont percevoir les futurs docteurs juniors. 

Après avoir publié les missions et tâches des futurs docteurs juniors, le ministère de la santé révèle enfin ce qui intéresse tout étudiant en médecine digne de ce nom : la thune que percevront ces docteurs juniors. Dans une série de textes publiée ce jour, la tutelle détermine les montants des rémunérations de ces docteurs, recrutés lors de la dernière année de la phase de consolidation. Espérons que la publication desdits textes apaisera le désarroi des syndicats, qui n'y voyaient plus très clairs dans la mise en place de ce nouveau statut. Agnès Buzyn, dans un entretien qu'elle nous avait accordé, avait déjà peu ou prou annoncé le montant de ces émoluements. 

27 K€ c'est pas Byzance

Pour les deux années de phase 3, les docteurs juniors percevront quelque 27 025 euros. La prime d’autonomie, pour la première année de la phase 3, est fixée à 5000 euros et à 6000 euros pour la deuxième année.
 

Des gardes et des astreintes de PH

Pour ce qui est des gardes et des astreintes médicales, elles sont rémunérées à l’identique de ce que sont payés les praticiens hospitaliers :
« une nuit, un dimanche et jour férié : 250 Euros ;
- une demi-nuit, un samedi après-midi : 125 Euros. »

Pour les astreintes médicales, là aussi on se calque sur le montant versé par les praticiens hospitaliers. Elles varient entre 42,38 euros l'indemnité forfaitaire de base pour une nuit ou deux demi-journées, ou encore 21,30 euros l'indemnité forfaitaire de base pour une demi-astreinte de nuit ou le samedi après-midi. Là aussi, il y a toute un tas de variantes que décrit à la perfection l'arrêté du 30 avril 2003.

Ces dispositions rentreront en vigueur à compter de la rentrée universitaire 2020-2021 pour « les étudiants en médecine affectés dans une spécialité après classement par les épreuves classantes nationales de 2017 ». 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Les acteurs des soins primaires, tant les enseignants que les étudiants, dénoncent un projet de loi en recherche hospitalo-centré. 
On en voit presque le bout
Mais plus après la deuxième année d'internat...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.