On peut acheter des médicaments sur Amazon !

[La chronique du pharmacien] Cela ne vous a sûrement pas échappé, le service Amazon Pharmacy a été mis en ligne il y a quelques semaines aux États-Unis. Ce nouveau concept est-il alors une bonne ou une mauvaise nouvelle pour notre système de santé ?

Mettons-nous, tout d’abord, à la place du patient-consommateur. 

A priori, pour lui, l'arrivée de ce nouveau service semble être plutôt une bonne nouvelle. Dans notre société en pleine ubérisation et où tout est livrable aujourd'hui à domicile, ce nouveau service s'inscrit dans une certaine continuité d’évolution de la société. Après avoir consulté son médecin, les médicaments du patient sont livrés dans un colis Amazon dans les plus brefs délais. Sur le papier, ce concept apparaît alors plutôt séduisant. En plus, un “pharmacien” Amazon assure la vérification de la dispensation afin d'éviter tout problème sur l’ordonnance. Nous voilà rassurés ! 

Mais, pour le grand public, ce nouveau service aura pour conséquence la fin du rapport humain que beaucoup de patients entretiennent avec leur pharmacien et ça, c’est aussi à prendre en compte. 

Pour les médecins, ce nouveau service pourrait être également une évolution de pratique professionnelle. L’ordonnance, une fois rédigée, est directement déposée sur la plateforme Amazon. Quelques configurations techniques sont nécessaires au préalable pour assurer la sécurisation des données. Et c’est tout ! Plus de passage par la case pharmacie, tout est informatisé.

En revanche, comme vous vous en doutez, ce nouveau service n’est pas une bonne nouvelle pour le monde de la pharmacie d’officine. Loin de moi l’envie de tomber dans un corporatisme professionnel, mais le discours de la profession est à entendre quand même.

Tout d’abord, il est dangereux de comparer notre système de soins avec celui des États-Unis. 

Ce qui marche là- bas ne fonctionne pas forcément ici. Les assurances et mutuelles privées règnent sur le système. La sécurité sociale n’existe pas et tout se paye. Les acteurs privés ont donc tout intérêt à contrôler les dépenses de médicaments par exemple. Et cela peut avoir également un impact sur les prescriptions. Car, comme vous le savez, la plupart des spécialités sont dispensées dans les drug stores en vrac dans des flacons. La liberté de prescription de telle ou telle spécialité pourrait être remise en cause. Amazon pourrait très bien imposer aux prescripteurs un livret des médicaments à prescrire.

Pour les patients aussi, ce nouveau service ne constitue pas forcément une avancée en termes de qualité de prise en charge. 

En France, nous avons la chance de ne pas avoir de désert pharmaceutique. Sur tout le territoire, vous trouvez forcément au coin de la rue ou dans le village d’à côté, une pharmacie. Et qui ne sait pas rendue au moins une fois de sa vie pour un conseil ou un dépannage dans une pharmacie ?

D’autre part, la force de notre système repose également sur l'interprofessionnalité dans la prise en charge d’un patient. Une bonne relation médecin pharmacien est l’assurance, sur le terrain, d’une pratique de qualité. 

 

Mais alors, risquons-nous un jour de voir Amazon pharmacy en France ? 

A priori difficilement concevable, car de nombreux obstacles semblent encore barrer la route des envies du géant américain. Les lobbies, la réglementation ou encore l’envie du grand public protègent encore notre système. La question des remboursements par l’assurance maladie de ces prestations est également un point freinant.

Mais Amazon a quand même réussi, après plusieurs années de combat, notamment juridique, à mettre en ligne le service. La porte ne semble donc pas complètement fermée. Et il faut le dire aussi, les pharmaciens français font preuve d’un immobilisme aujourd’hui face aux évolutions de consommation de notre société. L'échec de la vente de médicaments sans ordonnance en ligne est bien la preuve d’un fossé entre les envies des patients et les solutions proposées en regard.

Regardons donc ce nouveau service Amazon Pharmacy du coin de l'œil. Le géant de l’e-commerce ne s'est jamais caché de vouloir devenir la première pharmacie au monde. Les choses devraient donc évoluer dans les mois à venir. Mais n’oublions pas une chose. Amazon est le roi incontesté de la logistique. Vendre des médicaments n’est pas aussi anodin que cela puisse paraître. Si le métier de pharmacien existe c’est qu’il y a probablement des raisons.

On a assisté à l’uberisation de nombreux commerces et services alors peut-être que “l’amazonisation” de la santé est en marche. Après le concept Amazon Pharmacy, on pourrait voir arriver au hasard un “Amazon Medical”, sorte de plateforme de téléconsultation de médecins. 

Le site internet deviendrait alors une véritable maison de santé virtuelle avec tous les services de soins à portée de clic. Pure fantasme ou possible futur ? Difficile aujourd’hui de pouvoir répondre...

Portrait de Romain Lecointre

Vous aimerez aussi

Par WUD

La téléconsult’, c’est incontournable ! C’est très simple : tout le monde s’y met. D’abord, parce que c’est hyper pratique et que ça fait gagner du...

Par WUD

Trois médecins nous partagent leur expérience de la téléconsultation. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils en sont satisfaits.  

[La chronique du pharmacien] La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF) sonne l’alerte : les pharmaciens de ville sont inquiets...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.