One Woman Show : Chagrin d’amour

Vivisection d’une rupture

En convoquant Freud, la neurobiologie, les sciences occultes, sans oublier Dalida et Jennifer Aniston, Audrey Vernon incarne sur scène un sentiment si banal et pourtant si douloureux : le chagrin d’amour.

Tout me nuit et conspire à me faire rire

Le pitch : une comédienne censé jouer Phèdre, mais de la tragédie de Racine on n’entendra pas plus de quelques vers. En cause, les obsessions liées à une rupture amoureuse, qu’Audrey Vernon incarne au vitriol, pour le plus grand bonheur de la salle.  

« Si vous vouliez vraiment mourir, vous le diriez pas comme ça »

Le chagrin d’amour est disséqué sous toutes ses formes : psychanalyse à grand coup d’interprétation sauvage, neurobiologie - « en fait c’est ton aire tegmentale ventrale qui se suractive », mécanisme d’action des antidépresseurs et sciences plus ou moins occultes sont convoqués au chevet de cette malade imaginaire. On y suit, entre autres, les 4 médecins - dont un pédopsychiatre - qui émaillent le lent chemin de croix jusqu’à la rémission. Sans oublier les références people.  

Le pire c’est que tout est vrai

Audrey Vernon, interprète de plusieurs pièces à succès et d’une chronique sur France Inter, nous dévoile son secret : un vrai travail de lecture et de recherche (merci la cousine médecin) et puis, aussi, une vraie rupture en bonne et due forme.

Elle pense néanmoins à nous rappeler son attachement au service public et aux jeunes médecins : « continuez à vous battre pour les patients, je suis de tout cœur avec vous ! ».

Toutes les infos sur les futures dates de tournée des spectacles d’Audrey Vernon sont ici, les autres spectacles de la Nouvelle Seine  .

Source: 

Jean-Victor Blanc

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.