La réponse des médecins à France Assos Santé n’a pas tardé : « Nous dénonçons ces mensonges »

Article Article

Pas question de se laisser malmener dans les médias et dans l’opinion. Les médecins, dans un communiqué publié par la CSMF, ont tenu à répondre aux accusations de France Assos Santé.

La réponse des médecins à France Assos Santé n’a pas tardé : « Nous dénonçons ces mensonges »

© IStock

« Dans un communiqué de presse publié hier, France Assos Santé accuse les syndicats de médecins de faire obstruction à l’accès aux soins. La CSMF a tenu à dénoncer avec la plus grande fermeté cette prise de position mensongère. »

Alors, les médecins ne nient pas une grosse pierre d’achoppement. Pas question de toucher à la liberté d’installation. Pas question de forcer quiconque à s’installer dans un désert médical. Sur ce sujet, le syndicat revendique sa position : « Oui, la CSMF est opposée aux mesures coercitives et à la régulation des installations. Brandir la menace de la coercition ou de la régulation est un comportement purement démagogique. On ne régule pas une profession en déficit démographique. »

S’orienter vers une médecine à deux vitesses serait une faute

Mais pour ce qui est du partage, de la délégation de tâches, les médecins sont plus ouverts à la discussion, c’est oui, sous certaines conditions : « Si certaines tâches peuvent être partagées, cela doit se faire dans le cadre d’un parcours de soins dont le chef d’orchestre est le médecin traitant. Il en va de la qualité et de la pertinence de la prise en charge. (…) S'orienter vers une médecine à deux vitesses serait une faute. »

Pour preuve de leur ouverture au partage de tâches pour généraliser un plus grand accès au soin, les médecins libéraux misent sur les IPA : « La CSMF appelle de ses vœux un plus grand nombre d’infirmières en pratique avancée. Elles sont un atout majeur pour améliorer la prise en charge des patients et libérer du temps médecin aujourd’hui si précieux. »

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/reprise-des-negociations-entre-secu-et-medecins-liberaux-la-semaine-prochaine

Et bien sûr, ce n’est pas la première fois qu’ils le mentionnent. Si il n’y a pas assez de médecins, avant de les forcer à quoi que ce soit, pourquoi ne pas prendre des mesures pour éviter qu’ils ne perdent leur temps avec les fameux lapins : « Plus de 50 millions de rendez-vous non honorés chaque année sont aussi une source de préoccupation pour chacun d’entre nous… » Nous on était restés à 28 millions de lapins par an, mais bon là n’est pas le sujet.

Il semble que l’on soit clairement dans une réponse du berger à la bergère

 

 

 

 

Les gros dossiers

+ De gros dossiers