28 millions de rendez-vous en consultation gâchés par an en France, une solution ? « Frapper au portefeuille ! »

Article Article

Le nombre de consultations non honorées désespère les médecins. En France, plus de 28 millions de rendez-vous sont gâchés par an, avec des conséquences pour tout le système de soin. Les généralistes en ont assez et certains proposent des solutions.

28 millions de rendez-vous en consultation gâchés par an en France, une solution ? « Frapper au portefeuille ! »

© IStock

Des lapins en pagaille, des rendez-vous réservés et gâchés. Alors que le système de soin est à bout, qu’il n’y a plus assez de médecins ni à l’hôpital, ni en ville, que les déserts médicaux sont devenus une priorité à résoudre, les médecins se retrouvent avec des plages libres dans leur journée, à cause de patients qui ne se présentent pas au rendez-vous.

Le syndicat de l’Union française pour une médecine libre (UFML) veut agir. Il propose sur son site une affiche destinée à être collée dans tous les cabinets. Les chiffres sont issus de l’enquête de l’union régionale des professionnels de santé d’Île-de-France est sont particulièrement éloquents : « Deux rendez-vous non honorés en moyenne par jour et par médecin, soit plus de 28 millions de rendez-vous gâchés par an en France. »

Donc pour les responsables du syndicat, il faut trouver des solutions : « Tant que les patients ne seront pas punis, ils continueront de s’en ficher », explique le docteur Thierry Vermeersch, l’un des vice-présidents de l’UFML dans le Parisien.

« 28 millions de rendez-vous gâchés alors que les passages aux urgences ne cessent d’augmenter avec 22 millions par an ! On pourrait prendre en charge des millions de malades qui s’y rendent faute de trouver une place en ville. » explique-t-il.

D’un côté les médecins sont surchargés, de l’autre, ils se font poser des lapins

Jérôme Marty, président de l’UFML a réagi, lui aussi dans le Parisien : « On a des remontées de terrain de médecins qui s’en plaignent et constatent que cet incivisme entraîne une perte de chances pour les autres patients qui cherchent un rendez-vous. (…) D’un côté, ils sont surchargés, de l’autre, ils se font poser deux à quatre lapins par jour, ce n’est pas acceptable ! »

Il pointe aussi du doigt que ce problème de rendez-vous non honorés s’est aggravé depuis l’arrivée des plateformes de réservation en ligne, comme Doctolib. « On a évoqué le sujet avec eux. Leurs équipes regardent s’il est possible d’empêcher un patient de cumuler plusieurs rendez-vous avec des généralistes sur la même période. En effet, 6 à 7 millions de Français n’ont pas de médecin traitant. Quand ils ont besoin de consulter, tous les créneaux sont pris. Alors, ils en acceptent un premier à 25 km de chez eux, entre-temps un deuxième se libère à 10 km puis un troisième... Résultat, ils n’annulent pas les deux premiers. Ces plates-formes ont créé un consumérisme du soin. » 

Une sanction symbolique de quelques euros à chaque rendez-vous manqué

Alors reste la solution de blacklister les patients absentéistes, non sans soulever un sujet éthique, relevé par Jérôme Marty. « Il est déjà possible de blacklister ceux qui ne se sont pas présentés. Pour autant, faut-il le faire ? En tant que médecins, nous devons soigner tous les patients, le courtois comme l’incivique. »

Alors la demande de Jérôme Marty est claire, pour régler ce problème : « Frapper au portefeuille ! Nous demandons une pénalité financière. Nous savons que beaucoup de Français n’ont pas les moyens de payer une consultation non honorée. C’est pourquoi nous voulons que cette sanction soit symbolique, de 1, 2 ou 3 €. L’idée ? Que cet argent revienne à un fonds qui serait créé en faveur des déserts médicaux. Il servirait à acheter du matériel et à mettre en place des maisons médicales. On propose une solution, aux politiques de décider ! »

Source:

Le Parisien

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers