Deux femmes accusent le médecin chef des pompiers de l'Hérault de harcèlement et agression sexuelle

Article court Article

Le médecin colonel de 60 ans, nie vigoureusement les faits, mais le procureur a décidé de lancer une enquête préliminaire suite à deux plaintes de deux jeunes femmes ayant travaillé auprès de lui.

Deux femmes accusent le médecin chef des pompiers de l'Hérault de harcèlement et agression sexuelle

«Une attitude et un comportement ambiguës », des propos « particulièrement tendancieux ou déplacés », et deux plaintes déposées à quelques jours d’intervalle seulement, par deux jeunes femmes contre le médecin chef des pompiers de l’Hérault, comme rapporté par Midi Libre

Le procureur de la République de Montpellier a ouvert, il y a une dizaine de jours, une enquête préliminaire contre ce directeur des services de santés des pompiers de l’Hérault, le colonel Pierre Tur.

Le médecin est âgé de 60 ans. Sa première accusatrice, une étudiante paramédicale, a suivi un stage au siège du service départemental d’incendie et de secours (SDIS). « Elle a expliqué aux enquêteurs qu’elle avait dû subir de manière répétée des propos qui sont susceptibles de relever de la qualification de harcèlement sexuel tant au cours d’interventions que lors de périodes de repos à la caserne », détaille le procureur au quotidien sudiste.

Une pompier volontaire parle « de gestes déplacés et non consentis »

Et c’est pendant les interrogatoires des policiers de la Sûreté départementale auprès d’autres jeunes femmes ayant côtoyé le colonel, que l’une d’entre elles, pompier volontaire a décidé de porter plainte, cette fois pour agression sexuelle. Elle a parlé « de gestes déplacés et non consentis ».

Une troisième, elle étudiante en médecine, a corroboré que le pompier médecin était « coutumier » de propos salaces. Les autres témoins évoquent une attitude globalement « méprisante et déplacée ».

Le journaliste de Midi Libre a tenté de connaitre la version de l’accusé, qui a nié « catégoriquement » les faits. « Je n’ai pas d’explication à fournir et je ne veux pas m’exprimer pour l’instant, tant que je ne suis pas passé devant les autorités de police ». Il a insisté sur le fait qu’il n’y avait jamais eu aucune agression de sa part « sur personne ».

Les gros dossiers

+ De gros dossiers