« Je suis un dessinateur qui aurait adoré faire médecine. Là j’ai voulu aborder l’absurdie, les messages, les contradictions, les mesures débiles qui ont accompagné les années Covid »

Diaporama Diaporama

On le connait bien à What’s up Doc et vous aussi vous connaissez ses dessins pointus et corrosifs sur les sujets médicaux. Antoine Chéreau sort L’art de la Covid à la française un nouvel album, 152 pages en couleur et autant de rire, une sorte de rétro des années Covid. Il nous présente son bébé, à l’humour toujours aussi aiguisé.

1/4
Disapo slid

Parfois même hors période Covid, on est plus qu'heureux de se confiner volontairement. (tirée de L'art de la Covid à la française)

Disapo slid

Bas les masques ! Retour sur le début de l'épidémie où les masques n'étaient qu'accessoire. (tirée de L'art de la Covid à la française)

Disapo slid

Tous les lycéens et étudiants n'ont pas vécu le confinement de la même façon, pour certains, quelle aubaine ! (tirée de L'art de la Covid à la française)

Disapo slid

Tous à égalité, tous confinés ! (tirée de L'art de la Covid à la française)

What’s up Doc : Avec L’art de la Covid à la française, tu as eu un confinement très productif ?

Antoine Chéreau : En effet, car j’ai commencé à publier pas mal sur les réseaux sociaux. Mais j’avais aussi beaucoup de boulot en même temps. Je fais beaucoup de dessins en direct et très vite j’ai eu des demandes parce que les gens préparaient l’après. Ça a quand même bouleversé les méthodes de travail. Donc je publiais des dessins qui touchaient au confinement, aux annonces qu'on nous faisait. J’ai vu qu’on avait un retour incroyable. Ça marchait du feu de dieu. Les deux mois de confinement ont été une zone extrêmement créative.

Et sur les 252 dessins publiés dans l’album, quel est la part de ceux qui ont été faits en temps réel ?

AC. : Pas tellement, en fait. Car les dessins que je publiais sur Facebook, sont des dessins que je faisais relativement rapidement. Quand je produis un album, j’essaie d’avoir une vraie qualité. Donc les dessins ont été, soit repris, soit retracés en partie. Seulement trois dessins, je pense, n’ont pas eu besoin de retouches parce qu’ils étaient nickel pour l’impression. 

La Covid ça parait un peu loin déjà, non ?

AC. En même temps c’était l’idée. Le pitch c’était : on fait un livre avec du recul, aborder l’absurdie, les messages, les contre-messages, les contradictions, la médiatisation, les mesures totalement débiles, les vaccins, les antivax… C’est un épisode qui a quand même clivé la société. On voulait voir avec le recul, comment ça a été géré, d’où le titre L’art de la Covid à la française. Cette fameuse exception culturelle : on pense toujours être les plus malins.

Dessinateur de presse mais surtout dessinateur de What’s up Doc, pourquoi ce tropisme santé ?

AC. Parce que je suis un dessinateur qui aurait adoré faire médecine. J’ai un grand-père qui était endocrinologue. Et qui faisait partie de cette génération de médecins vocatifs. Il ne cherchait pas à être au soleil et engranger du pognon. Et j’ai toujours été passionné par le soin, la technique médicale et l’approche médecin-patient. Et comme tout patient, je rencontre des médecins, je suis amicalement entouré de médecins, et c’est vrai que du coup, j’ai toujours eu cet attrait.

As-tu eu sur cet album des retours de tes amis médecins ?

AC. Mes amis médecins, comme ils l’avaient fait sur l’album précédent Santé !, m’ont dit que je tapais juste. Et c’est le meilleur compliment. Sur cet album Santé !, je parlais de notre système de Santé, à travers le rapport médecin et patient. Je pense à un dessin qui résume tout : un ministre à sa fenêtre : « Nicole convoquez la presse, il est essentiel de faire comprendre aux Français que les mesures drastiques de réduction des dépenses, ne doivent surtout pas les empêcher de tomber malades ». Ça c’était le dessin d’entrée. Alors sur la Covid, on parle de tous ces médecins qui se sont répandus, qu’ils soient spécialistes ou pas en virologie, qui sont venus squatter les plateaux… Il y avait de quoi faire ! Le conseil scientifique était quand même en partie contesté. Ils ont fait ce qu’ils ont pu mais ils ont en grande partie jonglé avec quelque chose qui leur a échappé dès le début.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/diaporama/doc-lanta-relevez-le-defi-de-soigner-dans-un-monde-devaste-sans-jamais-perdre-la-flamme

As-tu déjà eu des retours de personnalités politiques sur tes dessins ?

AC. Au cours de dédicace, j’ai signé Santé ! pour Marisol Touraine, Roselyne Bachelot. Agnès Buzyn je travaille avec sa sœur qui est photographe de presse, mais je sais qu’elle l’a reçu. Et là il y a une dame qui veut en acheter un pour l’envoyer à l’Elysée, on verra bien…

Pour vous procurez l’album : L’Art de la Covid à la française, c’est là :
https://www.antoinechereau.fr/produit/lart-de-la-covid-a-la-francaise

Rechercher un classement

Emplois

Emplois

Associé ? Médecin ? Remplaçant ? Déposez et consultez les annonces

634 ANNONCES ACTIVES + D’offres

Infographies

+ D’infographies

Les gros dossiers

+ De gros dossiers