Séisme en Turquie et en Syrie : des humanitaires du monde entier à organiser

Article Article

La communauté internationale a proposé son aide à la suite du séisme qui a frappé lundi le sud de la Turquie et la Syrie voisine et qui a fait plus de 2 300 morts dans les deux pays. Maintenant, il faut structurer cette aide.

Séisme en Turquie et en Syrie : des humanitaires du monde entier à organiser

Un séisme qui a frappé le 6 février le sud de la Turquie et la Syrie voisine et a fait plus de 2 300 morts dans les deux pays.

© Capture Twitter

Après le séisme de cette nuit en Tuquie et en Syrie, l’aide internationale s’organise, et s'adresse principalement à la Turquie, qui avait lancé ce matin, du 6 février, un appel à l'aide internationale. Mais Jean-François Corty, médecin chercheur associé à l'Iris et ancien directeur des opérations de Médecins du monde nuance au Point : « Il faut vraiment avoir en tête que les acteurs locaux seront les premiers à sauver des vies, de surcroît dans un pays développé comme la Turquie, doté de moyens et d'infrastructures solides. » Avant d’ajouter « C'est moins le cas en Syrie, un pays touché par la guerre et divisé entre zones gouvernementales et zones rebelles, où les infrastructures de soins sont déjà éprouvées par la chronicité du conflit ».

Pour l’humanitaire, l'heure à laquelle le séisme s'est produit, au milieu de la nuit a son importance : la population, endormie, n’a pas pu fuir et se retrouve souvent ensevelie sous les décombres. Ce qui joue dans la prise en charge : « Lorsque des muscles et des parties du corps sont comprimés, cela dégrade le travail des reins. Il faudra également assurer la continuité de la prise en charge des malades chroniques. »

L’expert, toujours dans le Point explique que l’enjeu est aussi de structurer l’aide internationale qui va arriver sur les lieux dans les prochains jours et qui s’annonce très diverse :

ETATS-UNIS

Le président américain Joe Biden a déclaré sur Twitter avoir "demandé à (ses) équipes de continuer à suivre la situation de très près, en coordination avec la Turquie, et de fournir toute l'aide nécessaire, quelle qu'elle soit".

UNION EUROPEENNE

L'UE a activé son "mécanisme de protection civile", et des équipes issues de dix Etats membres ont été "rapidement mobilisées", les équipes néerlandaise et roumaine étant déjà parties, selon un communiqué du commissaire européen à la Gestion des crises, Janez Lenarcic.

La France est "prête à apporter une aide d'urgence aux populations", a dit son président Emmanuel Macron, et "l'Allemagne va bien entendu envoyer de l'aide", dixit le chancelier allemand Olaf Scholz, tous deux sur Twitter.

Côté français, 139 secouristes de la Sécurité civile doivent s'envoler en soirée pour la Turquie, selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Par ailleurs, une trentaine de bénévoles de l'association Pompiers de l'urgence internationale, basée dans le centre de la France, y partira demain, mardi 7 février.

L'Italie compte "mettre à disposition (ses) personnels de la protection civile", a tweeté son chef de la diplomatie, Antonio Tajani. La Hongrie a proposé une aide du même type, selon le commissaire européen Lenarcic.

L'Espagne a "immédiatement mobilisé des effectifs et des drones" en partance pour Malatya, où se trouve le centre d'aide international, a fait savoir son ministre des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, sur Twitter. Quatre-ving-cinq sauveteurs partiront dès lundi en Turquie, a ajouté Madrid.

Le ministre de l'Intérieur polonais, Mariusz Kaminski, a annoncé par le même biais l'envoi de "76 pompiers et huit chiens secouristes".

La Grèce a pour sa part promis de "mettre à dispositions toutes ses forces" pour aider la Turquie, selon son Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. Athènes, qui entretient des relations orageuses avec son voisin et rival régional, avait déjà annoncé l'envoi d'une vingtaine de pompiers et d'aide humanitaire.

Autre pays européen en proie aux tensions diplomatiques avec Ankara, la Suède a assuré par la voix de son Premier ministre Ulf Kristersson qu'"en tant que partenaire de la Turquie et en charge de la présidence de l'UE", elle était "prête à offrir (son) soutien".

ROYAUME-UNI

"Le Royaume-Uni est prêt à apporter son aide par tous les moyens possibles", a tweeté son Premier ministre, Rishi Sunak.

Son chef de la diplomatie, James Cleverly, a ensuite annoncé une "aide immédiate" avec l'envoi de 76 secouristes, de matériel et de chiens en Turquie.

SUISSE

Quelque "80 spécialistes" suisses du secourisme seront déployés en Turquie, a annoncé la diplomatie helvétique, citée par l'agence suisse ATS.

UKRAINE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que son pays en guerre était "prêt à fournir l'aide nécessaire" à la Turquie. Et même "un grand groupe de secouristes", a précisé son chef de la diplomatie, Dmytro Kouleba, toujours sur Twitter.

RUSSIE

Le président russe Vladimir Poutine a indiqué envoyer "des secouristes" en Turquie et en Syrie, a annoncé le Kremlin après des entretiens avec ses homologues des deux pays, Recep Tayyip Erdogan et Bachar al-Assad.

CHINE

L'agence chinoise officielle d'aide à l'étranger a déclaré qu'elle était en communication avec les autorités turques et syriennes et qu'elle était "prête à fournir une aide humanitaire d'urgence".

PAYS DU GOLFE

Le Qatar a annoncé l'établissement d'un "hôpital de campagne" et l'envoi "d'équipes de recherches et de secours" en Turquie. Idem pour les Emirats arabes unis, qui envoient en outre une équipe de ce type une "aide d'urgence" en Syrie.

L'Arabie saoudite a dit "suivre de près les événements tragiques" liés au séisme, sans parler d'aide.

INDE

L'Inde a décidé d'envoyer "immédiatement" des "équipes de recherches, de secours et médicales, ainsi que du matériel de secours", ont annoncé les autorités dans un communiqué.

Le Premier ministre Narendra Modi avait tweeté plus tôt que son pays était "prêt à offrir toute l'aide possible" à la Turquie, ainsi que "aide et soutien" au "peuple syrien".

JAPON

A la demande d'Ankara, le Japon va envoyer une "Equipe de secours en cas de catastrophe", afin de "répondre aux besoins humanitaires", selon un communiqué officiel de Tokyo.

CANADA

"Le Canada est prêt à offrir de l'aide" à la Turquie et la Syrie, a tweeté son Premier ministre Justin Trudeau.

ISRAEL

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a "ordonné à toutes les autorités de se préparer immédiatement à fournir une assistance médicale et des secours", a-t-on appris dans un communiqué.

Concernant la Syrie, les informations sont contradictoires. M. Netanyahu a annoncé avoir "approuvé" l'envoi d'aide à la Syrie, après une demande de Damas reçue via des canaux "diplomatiques", les deux pays ennemis n'ayant pas de relations officielles.

Faux, a réagi Damas peu après : une source officielle syrienne a "nié et fait fi des allégations des responsables israéliens".

IRAN

L'Iran est prêt à fournir "une aide immédiate à ces deux nations amies", a déclaré le président Ebrahim Raisi.

AZERBAIDJAN

L'Azerbaïdjan, pays frère de la Turquie, a annoncé l'envoi immédiat de 370 secouristes, selon l'agence officielle turque Anadolu.

ONU

"Nos équipes sont sur le terrain pour évaluer les besoins et fournir une assistance", a assuré le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui a dit compter dans son communiqué sur le soutien international pour les victimes, "dont beaucoup avaient déjà un besoin urgent d'aide humanitaire dans des zones où l'accès est difficile".​​​​​​​https://www.whatsupdoc-lemag.fr/video/la-consult-de-raphael-pitti-former-sauve-des-vies?page=0%2C1Filippo Grandi, le chef du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a tweeté que l'agence onusienne était "prête à fournir une aide d'urgence aux survivants par l'intermédiaire de ses équipes sur le terrain, dans la mesure du possible".

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers