Le médecin de Rafael Nadal : «Je connais mieux le pied de Rafa que le mien»

Qui est le Dr Angel Ruiz-Cotorro ? Celui qui accompagne Rafael Nadal depuis 18 ans, qui l’aide au quotidien à supporter ses douleurs dues au syndrome de Muller-Weiss. Comment soigne-t-on un aussi grand champion ?

48 heures seulement après avoir remporté son 22e titre de Grand Chelem à Rolland Garros, Rafael Nadal a été aperçu mardi dernier, à Barcelone s’aidant avec des béquilles pour marcher. À moins de trois semaines de Wimbledon, l'Espagnol commence un nouveau traitement pour surmonter son problème chronique au pied dû au syndrome de Muller‐Weiss. Une maladie dont le champion est atteint depuis l’adolescence.

Car avant chaque match à Roland-Garros, Rafael Nadal a subi des injections d’anesthésique local autorisées sur son pied gauche douloureux. Le tout, supervisé par Angel Ruiz-Cotorro, le médecin personnel de Nadal depuis 18 ans. Il a expliqué à la presse espagnole, de quoi souffre le roi de la terre battue : « Je connais mieux le pied de Rafa que le mien. Il souffre d’une anomalie ou d’une dysplasie du scaphoïde qui survient dans l’enfance et dont on souffre à l’âge adulte. Nous avons utilisé tous les moyens à notre disposition pour prolonger sa carrière. Ce syndrome touche principalement un des os situés au milieu du pied, entre l’astragale et les os cunéiformes, qui, après avoir été soumis à des contraintes importantes, perd sa vascularisation et se nécrose. »

 

Ce qui est incroyable pour moi c’est que Nadal soit capable de gagner Roland Garros dans ces conditions

 

« Chez les personnes qui exercent une forte pression sur leurs pieds, comme c’est le cas de Nadal, l’os peut finir par se désintégrer, s’aplatir ou même se fragmenter et évoluer vers l’arthrose avec une réduction de la voûte plantaire. Il s’agit d’un cas unique au monde car il ne se produit généralement pas chez les sportifs de haut niveau, car il ne leur permet pas de pratiquer leurs disciplines respectives comme ils le souhaiteraient. Encore moins si l’on parle de joueurs de tennis d’élite comme Rafa Nadal, qui est le seul athlète de sa catégorie capable de supporter ce syndrome et de continuer à jouer au plus haut niveau. Je pense qu’au niveau auquel Rafa joue, c’est un cas unique. »

Pour l’heure le médecin a choisi un traitement par radiofréquence, mais il est conscient de soigner un phénomène rare, capable de dompter la douleur. "Ce qui est incroyable pour moi, c'est que Rafa soit capable de s'adapter pour jouer dans ces conditions et gagner Roland Garros".

Comme souvent Angel Ruiz-Cotorro essaie de rester optimiste : "Si la radiofréquence fonctionne, Rafa arrivera à Londres en pleine forme. Dans quatre jours, il cessera d'utiliser des béquilles et commencera à s'entraîner. Là, nous verrons comment il évolue. S'il ressent une gêne après le traitement, nous verrons s'il peut participer à Wimbledon ou non. Il nous reste d'autres options, mais ce sont des actions plus agressives et cela sera envisagé à ce moment-là en fonction de l'évolution de la situation".

 

Angel Ruiz-Cotorro est un médecin du sport renommé

 

Angel Ruiz-Cotorro est un Médecin du sport renommé, diplômé en chirurgie de l'université de Santander et spécialisé en médecine du sport à l'université de Barcelone et à l'université Pierre et Marie Curie à Paris, il est responsable depuis de nombreuses années du bien-être physique d'athlètes des équipes olympiques espagnoles. Dans le passé, il a été le médecin de la Fédération catalane de cyclisme et, depuis 1992, il collabore avec la Fédération espagnole de tennis en tant que directeur médical, notamment auprès de Juan Martin del Potro et Arantxa Sanchez Vicario. Il a d’ailleurs accompagné les équipes espagnoles de tennis à Atlanta en 1996, Sidney en 2000, Athènes en 2004 et Pékin 2008.

C’est ainsi qu’il a gagné la confiance totale de Rafael Nadal. Il en témoigne en personne : "Avec Angel, nous avons eu beaucoup de moments difficiles parce qu'au bout du compte, c'est lui le médecin. Et quand je suis avec le médecin, c'est parce que les choses vont mal".

"Mais Angel est une personne très positive, et c'est une vertu importante dans le monde médical. Il se projette et regarde l'avenir avec optimisme. Il m'a aidé à trouver des solutions. Sans lui, je n'aurais jamais été en mesure de gagner certains tournois. Sans un médecin de confiance, mes résultats auraient été totalement différents. Je ne peux que le remercier".

 

 

 

 

 

 

Source: 

sportskeeda.com, le10sport.com

Portrait de Luc Angevert

Vous aimerez aussi

Sandra Zalinsky et Laurence Williamson

Après une carrière en CHU, les chirurgiens-dentistes Sandra Zalinski et Laurence Williamson ont ouvert un cabinet libéral pour des patients peut être...

Jean Porterie, chirurgien cardiaque

Depuis 2009, le Prix CASDEN récompense les chercheurs de moins de 40 ans, choisi parmi l’ensemble des projets retenus dans le cadre de l’appel à...

Médecins à l'écoute

Pour réduire le nombre de victimes, les professionnel·les de santé ont leur rôle à jouer. Celui de détecter et d’accompagner ces dernières sans...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.