Concours : on ira les bûcher jusque dans les chiottes

Une appli mobile pour réviser sa Paces

Lancée à la rentrée, l’appli mobile Doc Paces permet aux étudiants de première année de réviser où qu’ils soient, dans le train ou sur le trône.

 

Ah, la Paces ! Ses amphis bondés, ses colles épiques, son programme abscons et ses prépas hors de prix… Pour apporter un peu d’agrément dans ce monde de brutes, le docteur Michael Thanacody, fondateur du réseau social HeyDoctor, a eu l’idée de créer une application mobile destinée à bûcher le concours tant redouté (19 % de réussite pour la médecine) : la bien nommée Doc Paces.

Au programme : 9000 QCM d’entraînement, classés par UE et spécialité, afin de potasser sa biochimie à toute heure. « Les étudiants peuvent s’entraîner dans le train, dans le métro, pour pas cher », se félicite le jeune entrepreneur, urgentiste et médecin esthétique en Alsace. Si l’appli est bon marché comparée aux prépas en ligne, il faudra tout de même compter 20 euros par mois ou 70 euros à l’année, après un essai gratuit.

Il ne peut en rester qu’un

« Les QCM d’entraînement couvrent environ 90 % du programme, le reste étant propre à chaque faculté », précise Michael Thanacody. En complément, les carabins en herbe désireux d’optimiser leurs chances ont aussi la possibilité de suer sur des annales de leur propre fac. Commentées par des étudiants « dans les dix premiers à leur concours », les réponses ont été vérifiées par des médecins.

Lancée depuis une dizaine de jours, l’application totalise déjà 800 téléchargements. Une bagatelle comparée aux quelques 60 000 étudiants en Paces dans toute la France, mais un signe encourageant pour Michael Thanacody, qui se donne comme objectif de fidéliser 1000 étudiants la première année. Il faut dire que l’interface soignée et la visualisation efficace des résultats donneraient presque envie de se replonger dans le cycle de Krebs.

Les ECN en ligne de mire ?

« Si ça fonctionne, on envisage d’ajouter d’autres fonctionnalités », poursuit le jeune startuppeur, « comme des cours en ligne et des concours blancs ». Logiquement, les ECN sont aussi dans son viseur si Doc Paces fait ses preuves, même si la concurrence d’eECN rend les choses plus ardues. « C’est plus facile maintenant que les ECN sont entièrement sur tablette ».

Et lorsqu’on s’enquiert de l’équilibre mental des P1, qui n’auront même plus l’excuse des toilettes pour souffler, la réponse est fataliste : « la première année, de toute façon, c’est une année de fou... ». Au fait, vous étiez classé comment en PCEM1, s’enquiert-on en toute indiscrétion ? « J’étais dans les cinq dernières places », s’esclaffe Michael Thanacody. « Mais je n’avais pas Doc Paces… »

Source: 

Yvan Pandelé

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.