Rouen : lieux de stages intéressants et mauvais classement

 

Rouen, la mal aimée

Ville moyenne de 110 000 habitants, Rouen possède un CHU très actif, puisqu’il est le 9e de France en termes de volume d’activité. Et il progresse rapidement. « Nous avons un des plus gros services d’urgences de France, avance Édouard, interne en chirurgie. Car nous intervenons au cœur d’un bassin de population de plus de 700 000 d’habitants. »

Pourtant, dans notre classement, le CHU n’est que 19e. Une image négative de la ville peut-être ? Son faible ensoleillement et ses brouillards fréquents y sont sans doute pour quelque chose. Parmi les points forts, on peut citer la situation en centre-ville de l’établissement, facilement accessible en transports en commun. « Tout est à proximité, les lieux de sortie, les quartiers résidentiels… observe Edouard. » Revers de la médaille il est plus difficile de s’y garer si l’on se déplace en voiture.

Côté formation : « Les lieux de stages sont assez intéressants. On nous laisse facilement opérer à Elbeuf, explique Édouard. Même au sein du CHU nous sommes assez rapidement “responsabilisés”. Au Havre, nous avons un centre hospitalier de bonne taille, et l’on peut y résider en internat. » Le doyen de la faculté de médecine, Pierre Fréger entend également favoriser les semestres de chirurgie dans les établissements privés environnants. « C’est l’apprentissage de modalités d’exercé différentes. Et les internes formulent tous des retours très positifs. »

En termes de recherche et de publications scientifiques le CHU est loin de l’AH-HP ou des HCL, mais la fondation Charles Nicolle permet néanmoins de financer 6 à 8 bourses pour des séjours à l’étranger, des allocations doctorales, voire des années de recherche.


Les bars de la vieille ville sont l’occasion de profiter de la présence de musiciens qui s’y produisent localement.

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.