Trophées de la e-santé : les gagnants

La neuro à l’honneur

Le 4 juillet, les Trophées de la e-santé ont récompensé les innovations en santé numérique. Parmi plus de 150 projets déposés, douze ont été couronnés.

Professionnels de santé, ingénieurs, startuppers, académiques, associations de patients et autres se sont retrouvés aux Trophées de la e-santé. Comme chaque année, à Castres, lors de l’Université d’été de la e-santé, ils récompensent des projets innovants destinés aux patients ou aux professionnels de santé.

Cette année, parmi plus de 150 dossiers, 27 finalistes avaient été sélectionnés pour faire face au jury des Trophées. Neuf projets ont été récompensés dans huit catégories, et quatre de plus ont été distingués par le prix des internautes, le coup de coeur du jury, et le grand prix.

Lucine, grand vainqueur

Un projet s’est dégagé pour recevoir le grand prix. Il s’agit de Lucine. La start-up bordelaise a conçu une application de quantification de la douleur qui s’appuie sur l’expression faciale. Elle propose également des applications imaginées pour la soulager, ainsi qu’un suivi destiné aux professionnels de santé. 

La fondatrice, Maryne Cotty-Eslous, souffre elle-même de douleurs chroniques depuis aussi longtemps qu’elle se souvienne, et a mis son expérience au service de son application. Elle a su convaincre le jury, qui l’a doublement récompensée : l’application a reçu un prix dans la catégorie Intelligence artificielle et Big data. 

SEP, autisme et grossesses à risque

Ne parvenant pas à les départager, le jury a souhaité encourager non pas un, mais deux projets. Pr Fizzgobble d’incognitO et START ont été récompensés avec le coup de coeur du jury. Pr Fizzgobble est un jeu vidéo pour enfants, développé en partenariat avec l’équipe du Dr David Laplaud, neurologue au CHU de Nantes. Il est destiné à leur faire comprendre, et donc mieux appréhender, la sclérose en plaques. 

Le second lauréat, START project, développé à l’Université de Reading (Royaume-Uni) par le jeune Pr Bhismadev Chakrabarti, propose un outil simplifié de prédiagnostic de l’autisme. L’objectif : permettre, en Inde, dans des zones où l’accès à un psychiatre ou un médecin est difficile, de repérer les enfants à risque. L’outil est destiné aux familles ou aux responsables des communautés. 

Enfin, les internautes ont récompensé Efelya. Cette plateforme de télémédecine vise a dépister précocement les grossesses à risque et à améliorer leur suivi.

Les récompenses par catégorie

Santé mobile pour les professionnels de santé : Scientifeet.
Créé par Podo3D, le concept de Scientifeet réside dans un service pour podologues. L'application met des scanners 3D à la disposition des professionnels. Les empreintes réalisées sont transmises pour l’impression 3D d’orthèses plantaires. 

Serious game : Covirtua Cognition.
Le jeu propose une méthode de remédiation cognitive aux patients victimes d’AVC, de traumas crâniens ou de maladies neurodégénératives. Il utilise la réalité virtuelle pour plonger les patients dans des situations qui pourraient leur poser problème au quotidien. Le serious game est déjà testée aux CHU de Toulouse et de Lyon.

Télémédecine : le jury ne parvenant pas à les départager, deux projets ont été récompensés. il s’agit de Doctrin, un projet suédois, et de deuxiemeavis.fr
Doctrin est un outil de digitalisation du parcours patient, qui propose un triage, un suivi du parcours et des traitements.
Deuxiemeavis.fr propose, comme son nom l’indique, de trouver un expert médical aux patients qui seraient à la recherche d’un deuxième avis, en cas de maladie grave ou de nécessité chirurgicale. Grâce à son réseau de partenaires, le site garantit une réponse dans les sept jours. Il suffit aux patients de remplir un dossier détaillé sur leur problème de santé et leurs antécédents. 

Coordination des soins : Postelo.
Postelo est une plateforme de télé-expertise entre professionnels de santé – médecins et autres. Petit plus : une automatisation des remboursements qui libère les médecins des tâches administratives. 

Autonomie/Maintien à domicile : Cross Brain.
L’application s’est donnée pour but d’aider les personnes souffrant de déficit cognitif à regagner en autonomie. Elle dispose d’environnements d’entraînement en réalité virtuelle. 

Objets connectés de santé : Meersens.
La start-up lyonnaise propose une solution de détections des risques environnementaux. Dans un objet de la taille d’une liseuse, plusieurs capteurs permettent de mesurer la qualité de l’air, de l’eau, le rayonnement UV, la présence de pesticides ou encore d’allergènes. 

Santé mobile grand public : Deepsen.
Deepsen est une application de réalité virtuelle qui utilise des techniques de relaxation et de sophrologie pour réduire l’anxiété et la douleur.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

De peur de passer pour des brêles
Entre croissance anarchique et signes de maturité
Le big data met les médecins en chiffres

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.