Règle N°6 : Regarder par-delà les frontières

Pas moins de 2 milliards de rendez-vous médicaux sont pris en ligne en Europe chaque année : le parcours de soins 2.0 dépasse nos simples frontières hexagonales.

Les enjeux de ces services en ligne ? Organisation des cabinets et établissements de santé, relation praticien-patient, communication entre praticiens. La France, pour sa part, a encore du chemin à faire.
Matthieu Birach, directeur du développement international chez Docolib, nous décrit les pays ou ça bouge ! 

Royaume Uni

Nos voisins les Britons innovent avec la plateforme de télémédecine : Babylon Health. La société vient de remporter un contrat avec la NHS. L'objectif de ce partenariat : désengorger les établissements de santé en permettant aux patients de bénéficier d’un avis d’expert avant de se rendre en consult’. En clair, il s’agit d’écrémer les patients qui viennent pour un simple mal de tête alors qu’ils auraient pu prendre du paracétamol. La plateforme sert de guide au patient, aiguillé sur la démarche à suivre en fonction des symptômes ou de toute question santé qu’il se pose.

France

Les Français sont les plus nombreux à utiliser une plateforme de prise de rendez-vous en ligne, qu'ils soient professionnels de santé ou patients (près de 50 000 professionnels de santé et plus de 15 millions de patients). Et c'est en France qu'est né Doctolib, le leader européen ! 

Cependant, en ce qui concerne la relation praticien-patient et notamment la communication, il y a encore du travail : « nous sommes encore aux balbutiements de la télémédecine ! Il reste de nombreuses questions en matière de financement et de règlementation, notamment sur le type de pathologies acceptées et sur ce que l’on pourra diagnostiquer », explique Matthieu Birach, directeur du développement international chez Doctolib. Le vote de la loi de financement de la sécurité sociale va permettre d’obtenir le financement conventionné de la télémédecine. Les négociations entre médecins libéraux et l’Assurance maladie débuteront le 1er janvier 2018. 

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

Allemagne

La société ADA spécialisée en intelligence artificielle a pour objectif d’accompagner les patients au fil du parcours de soins grâce à une application ou à un site Internet. L’idée est d’avoir un assistant personnel qui aide le patient à prendre les bonnes décisions sur sa santé avant de passer à la consultation, une sorte de téléconseil santé qui permette aux patients d’être acteurs de leur santé.

Etats-Unis

80 % des professionnels de santé utilisent un dossier médical personnel électronique partagé afin d'avoir toutes les infos sur un patient à jour.

L’interopérabilité a été imposée à tous les acteurs dans le secteur privé. Hôpitaux privés et médecins libéraux ont l’obligation de communiquer des informations sur les patients et leurs données santé.

En télémédecine, c’est pareil : les « Ricains » sont en avance avec Teladoc, un service de télémédecine en partenariat avec les mutuelles et assurances.

Portrait de Alexia Farry
article du WUD 35

Vous aimerez aussi

Tout le monde s’accorde à dire qu’il faut une année pour préparer un départ à l’étranger de manière optimale. Or un parcours de médecin ou de...
Disposer d’une plate-forme de rendez-vous en ligne pour sa consult’ n’est pas limité à ceux d'entre nous qui exercent en cabinet. Ca marche aussi...
Pour ce quatrième et dernier chapitre de la série « Going to… Cardiff », l’installation passée, il reste à accepter de jouer le jeu de l’expatriation...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.