L'immunité pour les nuls

Madeline est atteinte de déficit immunitaire combiné sévère. Sa mère, médecin, lui a construit une gigantesque et magnifique maison qui fait office de bulle géante. En plein éveil des sens, elle tombe amoureuse de son jeune voisin. Comment vivre une histoire d'amour sans pouvoir se toucher ? Une énième comédie romantique où tout est trop léché et impeccable pour stimuler notre système limbique....

Attention, bluette ! En allant voir Everything, everything, nous nous attendions évidemment à assister à une énième Love Story, avec pour risque principal la déchirure de coeur. On avait même préparé les mouchoirs, mais ils sont finalement restés dans notre poche. Tout respire tellement le film tendance, tout semble déjà vu, rebattu, qu'il est impossible d'être surpris par le film.

Enième romance adolescente sur fond de maladie type "Nos étoiles contraires" (l'acteur principal du film étant un clone de son prédécesseur), le film semble tout droit sortie des studios Disney avec son héroïne cloîtrée dans son palais stérile, une reine des neiges au physique de Vaiana. Par moments, il s'aventure même sur les terres d'un Michel Gondry, mais tellement aseptisé qu'on ne peut en ressentir la moindre poésie...

Reflet terrible de notre époque poussant à l'individualisme et au confinement moral, on imagine le nombre d'ados qui "rêveraient" d'avoir la vie de la jeune Madeline, évoluant dans une maison de catalogue déco et dont la vie se résume à un va-et-vient entre cours par correspondance et écriture de son blog. Cette stérilisation cinématographique tous azimuts est-elle volontaire, filant ainsi la métaphore de l'enfant-bulle que rien ne doit atteindre ? On laissera à cette cinéaste débutante le bénéfice du doute.

Le retournement final vient achever l'espoir d'aboutir à un peu d'authenticité et confirme que le scénario, supposé malin, n'avait pour autre ambition que de coller à son époque. En cela, c'est réussi. Nous, on retourne à nos vrais patients et nos vrais drames humains...

Portrait de Guillaume de la Chapelle

Vous aimerez aussi

Ciné week-end : Man on High Heels, de J. Jin (sortie le 20 juillet 2016)
Ciné week-end: Les Innocentes, de A. Fontaine (sortie le 10 février 2016)
Critique de "Grâce à Dieu", de François Ozon (sortie le 20 février 2018).

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.