Facebook se lance contre les antivax

La croisade de Facebook contre les antivax est lancée
La croisade de Facebook contre les antivax est lancée

Le réseau social a annoncé qu’il s’engageait dans la lutte contre les informations anti-vaccinales sur sa plateforme.
 

Quand l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Centers for disease control (CDC) te font la leçon, tu apprends, visiblement. Facebook semble avoir pris en compte la remarque des deux institutions concernant la diffusion sur le réseau social de contenus et d’information antivax.
 
Dans un communiqué publié le 7 mars sur son blog officiel, Facebook a en effet annoncé des mesures contre la propagande anti-vaccinale. Après une intervention similaire du côté d’Amazon, il semblerait qu’un mouvement se mette en marche.
 
« Nous travaillons pour lutter contre la désinformation sur Facebook en réduisant sa distribution et en donnant l’accès à des informations valides sur le sujet », explique ainsi Facebook, qui annonce prendre une série de mesures.
 
Double impact
 
Les pages et les groupes visés ne seront plus inclus dans les recommandations et dans les recherches dès qu’ils auront été identifiés, c’est-à-dire s’ils diffusent des contenus reconnus par l’OMS et les CDC comme des « hoax ». « Par exemple, si l’administrateur d’un groupe ou d’une page poste de la désinformation vaccinale, nous exclurons entièrement le groupe ou la page des recommandations, réduirons leur distribution dans le news feed et dans les recherches, et rejetterons toutes les publicités contenant cette désinformation ».
 
Facebook souhaite également agir pour promouvoir des informations vérifiées, en proposant un contexte vérifié à ses utilisateurs, qu’ils pourront lire et partager. « Nous cherchons des moyens de donner au public des informations plus précises sur les vaccins en provenance d’organisations de référence », qui apparaîtront en tête des recherches, sans doute un peu sous la même forme que les contenus sponsorisés des recherches Google.
 
Les plateformes digitales font donc du forcing. Reste à savoir si le fait de réduire au silence digital les groupes antivax ne va pas renforcer leur légitimité auprès des personnes qui présentent un terrain favorable aux fake news

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

« ^Etre médecin, ca n’immunise pas »
L’Espace éthique s’interroge
Supposons que nous ayons un ouvre-boîte...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.