Euthanasie à l’hôpital public : Un tabou, mais une réalité

Pour la première fois, un médecin, Denis Labayle, a accepté de témoigner sur la pratique de l’euthanasie à l’hôpital public.

C’est un phénomène qui ne dit pas son nom. Interdite en France, l’euthanasie serait pourtant pratiquée par certains médecins de l’hôpital public. « On sait que ça se fait, et que ça se fait couramment », témoigne, pour Envoyé Spécial, l’ancien gastro-entérologue Denis Labayle.

Cela fait quelque temps déjà que cet ancien chef de service a rendu sa blouse. Pendant 26 ans pourtant, il a officié entre les quatre murs d’un grand centre hospitalier francilien. Un poste d’observation privilégié qui lui a permis d’être témoin de ce tabou.  « On ne parle jamais ; disons qu'on en parle avec le collègue avec qui on travaille... D'une façon générale, je dirais de service à service, c'est un sujet, je ne dis pas tabou... c'est le silence. Les gens n'ont pas été formés pour parler des choses essentielles : de la souffrance, de la mort… », explique-t-il.

Désormais pourtant, Denis Labayle est bien décidé à briser l’omerta qui entoure ce phénomène auquel il a lui-même été confronté. Arrivé en fin de course, la souffrance des patients atteints de pathologies très graves devenait parfois insupportable. Des « situations dramatiques », rapportées par ses équipes, dont il n’a pas hésité à « tenir compte ». « Bien sûr », commente-t-il.

Sa philosophie ? Toujours « répondre à la demande du patient ». « C'est-à-dire que s'il voulait avoir absolument l'équivalent de la loi Leonetti, qu'il soit déshydraté, sans alimentation, et qu'il meure en quinze jours, trois semaines... c'était épouvantable pour l'équipe, anti-éthique pour moi, mais si les gens le réclamaient, je l'appliquais. », explique-t-il.

Un moment long que ne souhaitaient pas toujours traverser les patients. « On voudrait partir vite, on a suffisamment souffert », lui auraient indiqué « beaucoup » d’entre eux. Un cri de désespoir entendu par le praticien. « Bien sûr qu'on accélérait... et qu'on accélérait en fonction de la demande de la personne », se remémore celui qui est devenu écrivain.  

Pour mettre fin à la souffrance du patient, la question des produits utilisés devenait alors primordiale. Et pour cause, « ceux qu'on utilise en anesthésie, qui permettent d'endormir les malades tranquillement » n’étaient bien sûr pas disponibles pour eux. « Depuis la loi Leonetti, ils sont de plus en plus contrôlés, comptabilisés au niveau des blocs opératoires. Donc l'idéal, on ne l'a pas », confie Denis Labayle. Et de poursuivre : « Alors, on arrange... avec des associations de tranquillisants, de morphiniques, à forte dose, qui ont, on le sait, au bout d'un certain temps, d'une certaine dose, un effet létal. ».

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

L’histoire sociale de la profession médicale a été marquée par la Révolution française. Plus précisément par la suppression (temporaire) des facultés...

La première condition d’un partage réussi, c’est d’être (au moins) deux. Or en matière de partage des tâches, le monde de la santé déplore une...

Seule médecin de son canton, le Dr Cécile Richard n’hésite pas à se transformer en guide touristique dans l’espoir de donner envie à des médecins de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.