États-Unis : les médecins étrangers meilleurs que les yankees

Aux États-Unis, les médecins étrangers délivreraient de meilleurs soins que leurs homologues américains. De quoi faire frémir l’administration Trump.

De nos jours, il ne fait pas bon être immigré aux États-Unis. Dans ce contexte tendu, cinq chercheurs de la Harvard Medical School risquent de jeter un pavé dans la mare. Ils se sont interrogés sur la qualité des soins délivrés par les médecins étrangers installés aux US.

Menée auprès de 44 000 médecins et recensant 1,2 millions hospitalisations, l’étude a été publiée début février dans le British Medical Journal. Leur conclusion va à l’encontre des idées reçues : les médecins étrangers seraient plus efficaces. Comment expliquer ces résultats ?

4862 patients sauvés

Pour y répondre, les chercheurs ont utilisé les dossiers médicaux de patients âgés de 65 ans ou plus admis à l’hôpital entre 2011 et 2014. Ils se sont intéressés à deux paramètres : la mortalité et la réadmission à 30 jours après l’admission à l’hôpital.

Résultat ? Le taux de mortalité est de 11,2 % chez les patients traités par des diplômés internationaux contre 11,6 % par des diplômés américains. En d’autres termes, ce sont 4862 patients en plus qui ont été sauvés en quatre ans par les médecins étrangers. Les chercheurs ajoutent que cet écart est comparable à la baisse du taux de mortalité qu’ont connu les hôpitaux américains entre 2000 et 2010. Un bon score donc. Le taux de réadmission est, lui, identique entre les deux groupes de médecins (15,4% vs 15,5 %).

Formés par deux fois

Plusieurs facteurs expliqueraient ces résultats. En moyenne 94 %, des étudiants américains poursuivent en internat (residency) après leurs études médicales. Pour les étrangers, le recrutement est un peu plus difficile. Certification, nombreux examens, preuves de qualifications : au final seulement 49 % d’entre eux sont autorisés à poursuivre. Logiquement, les médecins sélectionnés sont les meilleurs dans leur pays.

Par ailleurs, bon nombre de diplômés internationaux ont probablement suivi deux formations médicales : dans leur pays d’origine et aux US. Même si le résultat est là, pas sûrs qu’il calme les ardeurs de l’administration Trump.

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

73 ONG internationales (SIRF - Syria INGO Regional Forum) déclarent être profondément préoccupées par la détérioration rapide de la situation...
Alors que la flambée d’Ebola a été déclarée « urgence de santé publique de portée internationale » par l’OMS le 17 juillet, le ministre de la Santé...
Une proposition de loi visant à dépénaliser l’avortement pour les femmes a été adoptée dans la principauté de Monaco. Elles ne pourront plus être...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.