11 bébés morts dans l’incendie d’un hôpital sénégalais. Le ministre de la Santé limogé pour apaiser la colère

11 bébés morts dans l'incendie d'un hôpital au Sénégal

Le président sénégalais Macky Sall a limogé son ministre de la Santé hier après l'incendie ayant causé la mort de onze bébés dans un hôpital public de province avant-hier et qui a semé détresse, consternation et colère parmi les proches et dans l'opinion.

Le drame de Tivaoune (ouest), provoqué par un court-circuit selon les premières informations, est le dernier en date à mettre en lumière les carences du système de santé de ce pays pauvre.

Il a suscité promesses de modernisation et d'investigations de la part des autorités, et appels à la démission dans l'opinion et l'opposition, notamment celle du ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr.

Dans la soirée, à l'heure du grand journal de la télévision publique, la présidence a annoncé que le chef de l'Etat avait pris un décret pour "remplacer" Diouf Sarr par Marie Khemesse Ngom Ndiaye, précédemment directrice générale de la Santé publique.

"Encore des bébés brûlés dans un hôpital public. C'est inacceptable Macky Sall", avait tweeté, parmi beaucoup d'autres, un député de l'opposition, Mamadou Lamine Diallo.

Le chef de l'Etat a décrété trois jours de deuil national. Il avancera son retour de déplacement à l'étranger vendredi pour se rendre à Tivaouane samedi, selon ses services.

Les autorités ont annoncé une enquête et la justice a promis de se montrer intraitable.

"La police scientifique est en train de procéder à des constatations matérielles. Nous ne pouvons pas nous prononcer sur les causes réelles de l'incendie", a dit devant une forêt de caméras au palais de justice le procureur Abdoulaye Ba.

11 nouveau-nés au moins était réunis dans cette unité

Non loin de là, devant l'hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh, une mère tenant à peine debout interpelle un homme dont elle attend qu'il lui dise où est son fils Mohamed, hospitalisé là il y a 10 jours parce qu'il avait "mal au corps" selon son père. "Dieu a pris la meilleure décision", lui répond l'individu, aussitôt repris par le père, Alioune Diouf, un chauffeur de 54 ans.

"Tu ne devais pas le lui dire de cette manière", réprimande Alioune Diouf, tandis que sa femme s'écroule.

Mohamed, baptisé lundi, était le deuxième enfant du couple. Sa mère faisait les allées et venues entre la maison et l'hôpital pour l'allaiter. Son père était venu mercredi apporter ses médicaments. "Les lits me semblaient corrects", se rappelle-t-il. Il a été alerté du drame par les médias.

Ce qui s'est produit exactement à l'intérieur de l'enceinte, inaccessible aux journalistes, le niveau de surveillance de cet établissement à la taille et aux moyens relativement modestes restent à établir.

Les nouveau-nés étaient réunis dans l'unité néonatale, peut-être dans une même salle, 11 ou plus selon les sources.

Il y a eu un bruit et une explosion, ça a duré 3 minutes maximum

L'incendie se serait déclaré vers 21h00. Il a été causé par "un court-circuit et le feu s'est propagé très vite", a indiqué le maire Demba Diop.

Devant l'hôpital ou sur les réseaux sociaux les accusations de négligence fusent. Mais le maire a assuré sur place qu'une sage-femme et une infirmière se trouvaient dans la pièce.

"Il y a eu un bruit et une explosion, ça a duré trois minutes maximum. Cinq minutes après, les sapeurs-pompiers étaient là. Les gens ont utilisé les extincteurs" mais les produits contenus dans les climatiseurs ont accéléré la propagation, a-t-il dit. Les deux soignantes se sont évanouies mais ont été réanimées, a-t-il rapporté.

"Il n'y a pas eu de négligence", a-t-il tranché.

Des témoins ainsi que le maire ont indiqué qu'un certain nombre de bébés avaient été sauvés des flammes.

Mais onze n'ont pas survécu selon les autorités. Les proches n'ont pas pu récupérer leur dépouille jeudi.

La colère grondait devant l'hôpital dans un petit groupe de femmes anonymes.

C’est de la négligence, laisser les enfants sans personne pour les surveiller

"C'est de la négligence. Laisser les enfants sans personne pour les surveiller et on dit que c'est Dieu qui l'a voulu. Une mère prend la précaution de confier son enfant à quelqu'un, même quand elle va aux toilettes", vitupérait l'une d'elles, tandis qu'un homme d'une cinquante d'années invoquait "la volonté divine".

Tivaouane, environ 40.000 habitants, est le fief des Tidianes, l'une des importantes confréries musulmanes qui jouent un rôle social essentiel au Sénégal.

Le khalife des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, déplorait il y a plusieurs mois l'état de l'hôpital. Le drame "était prévisible tellement le niveau de délabrement avait dépassé l’entendement", a écrit son neveu Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Amine dans une tribune.

Avec AFP

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

L'Organisation mondiale de la santé a dit hier craindre que la décision de la Cour suprême américaine d'enterrer le droit à l'avortement risque d'...

Une femme enceinte est morte et au moins 22 personnes, dont des enfants, sont portées disparues après un naufrage en Méditerranée centrale, a annoncé...

Les médecins et infirmières au Zimbabwe ont repris le travail samedi après avoir suspendu leur grève sans que leurs revendications ne soient...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.