Un MG schizophrène tue son confrère psychiatre

Il a été reconnu pénalement irresponsable

En octobre 2013, Xavier Côte, un MG suspendu par l’Ordre en 2008, a poignardé à Rouen son psychiatre, le Dr Laurent Fabre. La Cour de Cassation a récemment confirmé son irresponsabilité pénale, l’ancien médecin étant atteint de schizophrénie paranoïde.

Le jugement de la Cour d’appel de Seine-Maritime a été confirmé par la Cour de Cassation, a indiqué la semaine dernière l’avocate de Xavier Côte, rapporte l’APMnews. Petit retour en arrière.

Le 17 octobre 2013, Xavier Côte, un ancien médecin souffrant de schizophrénie paranoïde, poignarde son psychiatre d’une dizaine de coups d’un objet tranchant dans l’entrée de son cabinet.

La police judiciaire épluche alors 2 000 dossiers de patients du psychiatre assassiné, le Dr Laurent Fabre, avant de s’intéresser au profil de Xavier Côte. L'homme est ainsi arrêté quatre mois plus tard et interné rapidement, en février 2014.

Suspendu par l’Ordre des médecins en 2008

Puis le 12 juillet 2016, la Cour d’appel de Seine-Maritime prononce l'internement de Xavier Côte pour 20 ans dans une unité spécialisée. Elle estime que l’ancien médecin généraliste avait prémédité son acte, mais ne peut être reconnu pénalement responsable, car il souffre de schizophrénie paranoïde. Suspendu par l’Ordre des médecins en 2008, il était un patient du Dr Fabre qu’il a consulté à 181 reprises entre 1990 et 1999, selon Paris Normandie.

Des experts ont conclu que le Dr Côte était « sous l’emprise d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement et le contrôle de ses actes lors de la commission des faits ». En conséquence, la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Rouen a décidé son admission en soins psychiatriques en hospitalisation complète.

Enfin, la chambre criminelle de la Cour de Cassation a rejeté le pourvoi de Xavier Côte contre la décision de la Cour d’appel, le 29 novembre 2017, rendant son jugement définitif. Pour rappel, le Dr Fabre était un pédopsychiatre libéral âgé de 61 ans et directeur médical du Centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) Sévigné de Rouen

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Un bel impact factor, mais pour quelle efficacité ?
À l'hôpital des sables d'Olonne, les urgences ont fermé le 27 décembre dans la nuit faute de médecins. Le chef de service et la direction d'...
Dimanche a marqué le début de la campagne de vaccination des personnes âgées résidant en établissements de longue durée. La veille, le gouvernement s...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.