Temps de travail des internes : le compte n’est pas bon

Les premiers résultats de l'enquête de l'Isni sur le temps de travail des internes montrent que le repos de sécurité après une garde est de moins en moins respecté. 

Verre à moitié plein, verre à moitié vide : les premiers résultats de l’enquête de l’Isni sur le temps de travail des internes sont meilleurs qu’en 2012, mais nettement mois bons que ce qui est attendu. Ainsi, déplore l’Isni, « le respect du repos de sécurité après une garde est de moins en moins respecté ». Selon les résultats de cette enquête, les internes travaillent en moyenne 55 heures par semaine, « alors que le temps de travail réglementaire est de 48 heures ». Par ailleurs, près de 30% des internes déclarent ne pas pouvoir prendre systématiquement leur repos de sécurité. En 2012, ils n’étaient que 21% dans ce cas. Pour ce qui est des demi-journées de formation universitaire, seul un interne sur 4 « déclare pouvoir prendre systématiquement ou souvent sa demi-journée ». 

 

L’Isni réclame ainsi la mise en place systématique et contrôlée des tableaux de service, la réévaluation voire la suspension des terrains de stage ne respectant pas le repos de sécurité, la publication du temps de travail moyen par service hospitalier, et la reconnaissance financière du temps de travail effectif, par le paiement de plages de temps de travail additionnel. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Les conseils des lecteurs du Guardian aux « junior doctors »
Les passerelliens, kezako ? Ce sont des étudiants en médecine un peu à part. Sélectionnés sur dossier, ils ont commencé une carrière ailleurs, puis...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.