A quoi sert concrètement le Health Data Hub de l’assurance maladie ?

Article Article

Le Health Data Hub, la plateforme de données de santé pour la recherche, doit permettre aux scientifiques d'analyser et de croiser des masses de données issues de plusieurs sources, dont le système national des données de santé (SNDS), géré par la Caisse nationale d'assurance maladie.

A quoi sert concrètement le Health Data Hub de l’assurance maladie ?

© IStock 

Le système national des données de santé est réputé être l'une des bases de données de santé les plus complètes dans le monde. Ses 450 teraoctets retracent une bonne partie de l'itinéraire médical des Français, avec une profondeur allant parfois jusqu'à 20 ans : 1,5 milliard de feuille de soins, les données d'entre 12 et 15 millions de séjours hospitaliers par an, la base des causes de décès etc.

Parmi les projets en cours portés par le Health Data Hub, figure Bacthub, un projet de recherche mené conjointement par l'Inserm -l'Institut national de la santé et de la recherche médicale- et les hôpitaux de Paris sur l'antibiorésistance (la résistance aux antibiotiques).

Il va pouvoir croiser de façon très fine, pour 50 000 patients, des données issues de leur passage dans les 37 hôpitaux de l'AP-HP sur cinq ans (données cliniques, de pharmacie, de biologie, de microbiologie et socio-démographiques), et leurs données de remboursement d'antibiotiques fournies par l'Assurance maladie.

La plateforme a fourni à Implicity les données de 27 000 pacemakers (biologie, microbiologie, prescription de médicaments)

Ces données sont traitées sous pseudonymes, le Health Data Hub ne pouvant détenir aucune information susceptible d'identifier directement les personnes.

Le projet Hydro, mené par la société française Implicity (surveillance cardiaque), travaille, lui, sur un algorithme permettant de prédire les crises d'insuffisance cardiaque. La plateforme a fourni à Implicity les données de 27 000 pacemakers (biologie, microbiologie, prescription de médicaments).

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/health-data-hub-10-projets-selectionnes

Le projet Tarpon de l'Université de Bordeaux développe une intelligence artificielle capable d'analyser automatiquement les textes rédigés par les professionnels des services d'urgence. Le but ? Croiser les informations sur des accidents avec d'autres données, telles que par exemple la consommation de médicaments avant l'accident.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers