Procédure de choix : 20 internes en gynéco/MAP vont devoir choisir la pédiatrie

Une nouvelle commission de répartition des postes d'internes en Île-de-France a été convoquée hier. 

Une nouvelle commission de répartition a donc été convoquée hier pour établir de nouvelles modalités de répartition des internes de MG en Île-de-France. Selon le SRP-IMG, le nombre de postes proposés a été diminué, « pour que les internes soient mieux répartis dans les stages et mieux formés, avec un effectif adéquat dans chaque service », dixit le syndicat.

Du coup, la nouvelle liste devrait être publiée aujourd’hui par l’agence régionale de santé d’Ile-de-France. Le syndicat parisien tient aussi à informer que les internes qui devront changer de terrain de stage auront droit à une compensation financière de 400 euros bruts mensuels par mois pendant six mois. De la même manière, la procédure des procurations devrait être simplifiée, « pour ne pas pénaliser les internes absents ou indisponibles ». Une assemblée générale sera par ailleurs convoquée ce jeudi 14 octobre prochain à l’hôtel Dieu.

217 postes en pédiatrie

Côté ARS Ile-de-France, on confirme tout en précisant la procédure : "Nous sommes repartis du nombre d'internes qui se sont présentés au choix, soit 462, auquel nous avons ajouté 30 postes, pour avoir un nombre de postes à proposer de 492. Dans le détail, la nouvelle répartition est la suivante : 217 postes en pédiatrie, 91 postes en gynécologie, 156 postes en MAP et 28 postes en médecine d'urgence", explique Didier Jaffre, directeur de l'offre de soins de l'ARS Ile-de-France.

En tout, il y a 20 postes de plus en pédiatrie, qui ont été pris sur les contingents de postes en gynécologie et en MAP. "Au final, en prenant en compte le taux de seuil de 30 postes, on devrait obtenir 187 postes d'internes en pédiatrie", ajoute Didier Jaffre. Par ailleurs, des internes qui avaient choisi la pédiatrie à Paris intra-muros ou en petite couronne vont devoir changer de lieux de stages, pour choisir des postes plus éloignés. Ce sont 40 internes en pédiatrie dont les lieux de stages devraient bouger, poursuit Didier Jaffre, et 50 à 60 internes en tout et pour tout qui devront changer d'établissements. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le SML réclame l’accès aux stages et à son corollaire, la maîtrise de stage, pour toutes les spécialités en libéral.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.