Pas de retard pour le "big matching", selon le président des doyens Patrice Diot

La procédure de big matching, qui permettra d'attribuer via un algorithme des terrains de stage aux internes en phase de consolidation, a commencé. Le premier test semble concluant, selon le professeur Patrice Diot, président de la conférence des doyens des facultés de médecine. 

La très controversée réforme batpisée Big matching est sur les rails et n’a pas pris de retard par rapport au calendrier, a assuré le professeur Patrice Diot à What’s up Doc. Rappelons que c’est, entre autres choses, la mise en place de cette nouvelle procédure qui avait poussé l’Isni à lancer une grève « illimitée », le 10 décembre dernier. Mais qu’est-ce donc, que ce big matching ? Cette réforme ne concerne tout d’abord que les spécialités dont les maquettes comportent une phase de consolidation, à savoir 18 spécialités. Les choix de stage (pour la phase de consolidation) des internes et ceux des maitres de stage sont confiés à un algorithme qui, en fonction des desideratas de chacun, propose la meilleure combinaison, écrivions nous en décembre dernier.

Pour l’Isni, « les modalités de cer appariement sont bancales et la réforme est appliquée à marche forcée », car les « textes réglementaires ne sont pas encore parus, la plateforme informatique n’a pas été testée en condition réelle à vingt-deux jours de sa mise en service », entre autres choses, écrivait le syndicat le 8 mai dernier. 

Pour ce qui est du test de big matching, la procédure a bel et bien commencé. En effet, il a été testé avec succès la semaine dernière auprès des internes en gériatrie d’Ile-de-France, nous apprend le professeur Patrice Diot, président de la conférence des doyens des facultés de médecine. « Nous sommes dans le timing, un test a été fait la semaine dernière auprès des internes de gériatrie d’Ile-de-France. Il y en aura un nouveau cette semaine auprès des internes de biologie d’Ile-de-France. Le test de la semaine dernière a permis d’affecter dès le premier tour l’ensemble des étudiants, et par là-même a démontré la robustesse de l’algorithme ». Le calendrier sera-t-il pour autant respecté ? « Les remontées des stages agréés sont en cours actuellement par les ARS, avec comme date butoir le 29 mai. Donc nous sommes dans le timing prévu, il est même possible que l’on gagne un peu de temps », ajoute-t-il. Les tests ont été effectués auprès de l’université numérique en santé et en sport.

Patrice Diot confesse ne pas comprendre l'inquiétude d'un certain nombre d'étudiants au sujet de cette nouvelle procédure de choix : "Les étudiants ont toujours semblé un peu inquiets, je ne sais pas pourquoi, car cette nouvelle procédure revêt un progrès important : le choix se faisait auparavant à l’ancienneté. Cette nouvelle phase de consolidation repose sur un projet professionnel et des compétences acquises, cela parait beaucoup plus pertinent." Si d'ici là, la procédure ne prend pas de retard, les attributions de stage devraient être connus le 1er juin prochain. La phase de consolidation devrait débuter en novembre prochain. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

À la veille de l’ouverture du séminaire des internes en santé publique, What’s up Doc revient sur cette spécialité qui a encore du mal à s’imposer.  
Une ville ensoleillée ternie par sa réputation

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.