Paces 2018 : le numerus clausus en hausse !

Mais le Gouvernement y va mollo

Comme c’est le cas depuis une vingtaine d’années, le nombre de places au concours d’entrée en 2e année d’études de médecine augmente. Après les 448 de 2017, 81 nouvelles seront ouvertes en 2018.

Bonne année, et bonne nouvelle pour les étudiants en Paces ! Vendredi, un arrêté publié au Journal Officiel (JO) a fixé le nombre de places disponibles en deuxième année d’études de médecine. Et la moisson 2018 est, une nouvelle fois, en hausse. Les facultés françaises accepteront 81 futurs médecins supplémentaires à la rentrée.

Sur la France entière, 8 205 places seront distribuées à l’issue du concours. C’est environ 1 % de plus qu’en 2017, et 12 % de plus qu’en 2007.

Ça monte toujours

Les numerus clausus ont également été publiés pour les pharmaciens (3 124) et les chirurgiens-dentistes (1 203). Tous deux sont en légère hausse, de 6 % et 3 %. Les sages-femmes perdent en revanche près de 1 % de leurs effectifs, soit 9 places, pour un numerus clausus fixé à 991.

Le numerus clausus poursuit donc sa hausse, après la forte augmentation de 2017. Marisol Touraine l’avait en effet augmenté de 448 places d’un coup (+5,8 %), poursuivant une hausse entamée en 1993. Seuls 3 500 étudiants étaient alors autorisés à passer en 2e année. On se rapproche des records des années 70 : en 1977, ils étaient 8 671.

Marseille et Lyon se gavent

Certaines universités se remplument plus que d’autres. La hausse précédente avait profité à celles des grandes villes. Lyon, Paris et Aix-Marseille avaient gagné respectivement 116, 105 et 47 places.

Cette année, Lyon continue de grossir avec 15 places supplémentaires. Aix-Marseille également, avec 10 places de plus, tout comme la faculté des Antilles. Montpellier en gagne 8, et Reims 6 (le détail par faculté ici).

En 2018, plus de places, donc plus de chances ? Eh non ! Pas sur l’ensemble des facultés. Si le nombre de places augmente de 1 %, celui d’inscrits également, mais de 2 %. Les 81 ouvertures ne feront pas le poids face aux 1 126 candidats supplémentaires. Le conseil de WUD : au boulot !

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Temps de travail, repos de sécurité, salles de garde, temps d’enseignement… Un audit mené à l’AP-HP objective les entorses aux règlementations...
Ils sont fous, à l’Isni
entre exercice de médecine gé et médecine légale

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.