Orpéa, le business est reparti, sauf en France !

Article Article

Le groupe d'Ehpad privés Orpea, engagé dans une procédure de sauvegarde afin de retrouver l'équilibre financier, a vu son chiffre d'affaires augmenter de 10,7% au premier semestre, "malgré un taux d'occupation inférieur aux attentes" en France

Orpéa, le business est reparti, sauf en France !

© IStock

Le chiffre d'affaires a atteint 2,539 milliards d'euros, soit +10,7% sur le semestre. Au deuxième trimestre, il s'est élevé à 1,305 milliard (+11,1%).

"Cette évolution résulte de taux d'occupation globalement en progression, si l'on excepte la France, d'une augmentation de la capacité installée avec la contribution des établissements récemment ouverts, et des effets des revalorisations tarifaires qui ont été particulièrement marquées sur la zone Europe centrale", a expliqué le groupe dans un communiqué.

En France, où Orpea continue à subir les conséquences du scandale déclenché début 2022 par le livre-enquête de Victor Castanet "Les Fossoyeurs", "l'activité des maisons de retraite reste éloignée de ses niveaux historiques avec un taux d'occupation moyen de 83,4% sur l'ensemble de la période", note le groupe.

Le 13 juillet, Orpea avait annoncé une révision à la baisse pour 2023 de ses prévisions de résultats, "de l'ordre de 15 à 20%", principalement en raison d'un taux d'occupation de ses Ehpad en France plus faible que prévu.

Orpéa cède 83 millions d’euros d’actifs immobiliers aux Pays-Bas et en Autriche

Le groupe a par ailleurs annoncé mercredi la cession de 83 millions d'euros d'actifs immobiliers aux Pays-Bas et en Autriche. Il s'agit des murs de huit maisons de retraite et d'une résidence-services.

Ces opérations, a précisé l'entreprise, "s'inscrivent dans la stratégie de détention ciblée des actifs immobiliers" présentée dans son plan de refondation, qui vient d'être approuvé par la justice commerciale.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/des-residents-mal-nourris-deshydrates-des-plaies-nauseabondes-orpea-sevit-aussi-en-autriche

Le groupe devrait ainsi pouvoir, à partir de novembre, effacer une partie de sa dette et passer sous le contrôle d'un groupement d'actionnaires mené par la Caisse des Dépôts.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers