Les rendez-vous médicaux reprennent !

Doctolib a constaté une forte hausse du nombre de rendez-vous médicaux depuis le déconfinement. Pour autant, le nombre de patients reçus par les libéraux n’est pas encore revenu au niveau d’avant crise. 

Renoncement aux soins ou rendez-vous annulés. Pendant la période de confinement les généralistes ont vu leurs activités se réduire de 44 %, 71 % pour les spécialistes, selon Doctolib. Avec la fin du confinement, les patients reviennent dans les cabinets médicaux. En une semaine, Doctolib a constaté une hausse de 44 % de prises de rendez-vous toutes spécialités confondues. En détail, les médecins généralistes et les pédiatres ont vu leurs prises de rendez-vous progresser de 25 %. Pour les spécialistes ce chiffre grimpe, en moyenne, à 63 %. Doctolib a aussi constaté que 20 % des rendez-vous réservés étaient d’anciens rendez-vous qui avaient été annulés. « Il est important de comprendre que ces rendez-vous n’ont pas tous eu lieu la première semaine et qu’ils s’étalent dans le temps », explique Doctolib. 
 
Cette hausse s’explique, en partie, par la réouverture d’un grand nombre de cabinets dentaires et paramédicaux. A titre d’exemple, 84 % des cabinets de chirurgiens-dentistes et 94 % des cabinets de masseurs-kinésithérapeutes sont désormais ouverts (contre 29 % et 60 % la semaine du 4 mai). Autre explication, les patients ont moins peur de franchir les portes d’un cabinet médical. 78 % d’entre eux affirment ne pas hésiter à consulter depuis le déconfinement. Alors qu’ils étaient 33 % à déclarer avoir renoncé à des soins depuis mi-mars, selon un sondage mené par Doctolib auprès de 19400 patients.
 
Face à cette tendance, plusieurs fédérations de professionnels de santé avaient alerté en avril des conséquences que pouvaient avoir le renoncement aux soins pour les patients, notamment sur les pathologies les plus aigües. Elles disaient aussi redouter un “phénomène de rattrapage” après cette période d’incertitudes. 
Et depuis le 11 mai, Doctolib a bien constaté une forte progression du nombre de consultations, toutes spécialités confondues. Pour autant, même si cette hausse est importante, le nombre de rendez-vous médicaux reste inférieur à son niveau d’avant crise. A ce jour, les médecins généralistes reçoivent 16 % de patients en moins qu’avant. Là encore, cela s’explique par le contexte de crise sanitaire, la mise en place de gestes barrières et des échanges avec les patients plus longs et plus complexes. Depuis le déconfinement, 74 % des 500 médecins libéraux interrogés par Doctolib constatent une hausse des consultations qui nécessitent la mise en place d’un suivi régulier (malades chroniques, grossesses, suivi psychologique, etc.). Une situation qui va obliger les libéraux à « absorber la demande de soins dans un délai très court tout en garantissant la sécurité des consultations », analyse Stanislas Niox-Chateau, cofondateur et président de Doctolib. A terme, cela risque aussi de « compliquer l’accès aux soins des patients » et Stanislas Niox-Château d’ajouter « un fort risque d’allongement des délais d’attente dans les prochaines semaines ». 
 

Portrait de Elodie HERVE

Vous aimerez aussi

Supposons que nous ayons un ouvre-boîte...

Lieu d'accueil et de soins pour les femmes victimes de violence, la Maison des femmes de Saint-Denis (93) s'agrandit. Elle a posé le 8 mars la...

Les médecins et infirmiers sont appelés à rejoindre la réserve sanitaire pour faire face à l’accélération de la propagation du virus Covid-19.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.