Les chiffres qui montrent que les hospitalières ne vont pas bien

Article Article

Comment vont réellement les soignantes, et particulièrement les soignantes à l’hôpital ? Prennent-elles soin de leur propre santé ? Et globalement se portent-elles mieux que l’ensemble des Françaises ? Voici les chiffres de l’étude exclusive réalisée par Odoxa pour la Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH).

Les chiffres qui montrent que les hospitalières ne vont pas bien

© IStock

Les hospitaliers se sentent en mauvaise santé

Les cordonniers les plus mal chaussés… Les hospitaliers se sentent en moins bonne santé que l’ensemble des Français, 26% déclarent être en mauvaise ou médiocre santé contre 14% dans l’ensemble de la population française. Au cours des deux derniers mois, 62% des hospitaliers ont été affectés par un problème de santé contre 38% chez les Français.

Les hospitalières ne sont pas satisfaites de leur travail

Et pourquoi les hospitaliers se sentent mal ? Les conditions de travail à l’hôpital ne sont pas étrangères à ce mauvais état de santé général. A peine plus d’une hospitalière sur 2 (51%) se dit globalement satisfaite de son travail, quand 73% des Français et des Françaises le sont.

Détaillons ces résultats :

  • 8 hospitalières sur 10 déclarent que leur travail génère un stress très important (soit près de 30 points supérieurs à l’ensemble des actifs en emploi (48%)
  • 73% des hospitalières déclarent que leur travail implique une pénibilité physique importante sur l’état de santé (soit 30 points de plus que l’ensemble des actifs en emploi)
  • 65% des hospitalières travaillent le week-end ou la nuit (soit 5 points de plus que les hospitaliers et 31 points de plus que les actifs en emploi)
  • Presque 3 hospitalières sur 10 (28%) travaillent souvent plus de 12 heures d’affilée (soit 10 points de plus que l’ensemble des femmes actives en emploi).

Les hospitalières travaillent dans un environnement violent

Enfin comment se sentir bien au travail, rester sereine quand les soignantes sont deux fois plus nombreuses que l’ensemble de la population active à subir des incivilités et des violences physiques ou verbales au travail (82% pour les soignantes contre 41% pour les femmes actives en emploi).

En clair, 74% des hospitalières déclarent avoir subi des violences de la part de leurs patients et pour 37% d’entre elles, cela arrive souvent.

Et la charge mentale n’arrange rien

Aux difficiles conditions de travail et à la violence ambiante s’ajoutent une charge mentale plus forte. Comparativement aux hommes (5%), 10 fois plus de femmes (48%) déclarent s’occuper des tâches ménagères à la maison. On observe le même phénomène chez les hospitalières (45% versus 2% pour leur conjoint). Et bien sûr à la longue, ça use.

Les hospitalières et le Papillomavirus

Autre sujet mais d’importance, la couverture vaccinale contre les Papillomavirus n’est pas encore assez large : 14% des Françaises ont été vaccinées contre seulement 1% des hospitalières ! La tendance s’inverse heureusement pour l’avenir. 45% des Français et 66% des hospitaliers comptent bien faire vacciner leurs filles âgées de 11 à 18 ans. Il faudra toutefois les convaincre de faire aussi vacciner leurs garçons (taux en baisse par rapport aux filles de 23 points chez les Français et 26 points chez les hospitaliers).

Source:

L’enquête a été réalisée par Odoxa pour la MNH avec la Chaire Santé de SciencesPo, les 16 et 17 février 2023 auprès d’un échantillon de 1 004 individus représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et d’un échantillon de 927 professionnels de santé exerçant en milieu hospitalier.
Pour l’étude en entier

 

 

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers