Le Dr Robin en grève contre la grève

Pas de cheminots !

Un chirurgien orthopédiste de Pontault-Combault (Seine-et-Marne) a posé une affiche dans la salle d’attente de son cabinet. Il annonce être en grève ciblée contre les cheminots. Il est sous le coup d’une procédure de l’Ordre.

« En raison d’un mouvement social du Dr Henri Robin, il ne recevra ce jour aucun salarié de la SNCF ». Voilà le texte de la polémique, qui met le chirurgien orthopédiste dans une situation inconfortable.

Depuis le 3 avril dernier, elle figure dans la salle d’attente de son cabinet de Pontault-Combault. Visiblement agacé par la grève perlée des salariés de la SNCF qui complique ses trajets quotidiens, le médecin a décidé de réagir à travers un texte ironique et moqueur.

Pontault-Nogent, 3 heures

« En cas de problème urgent, ils peuvent consulter à la clinique de Nogent où les orthopédistes ne font pas grève, en prenant le RER E, changez à Val de Fontenay pour reprendre le RER A jusqu’à Nogent, prévoir 1 RER sur 3 (environ 3 heures) », ajoute-t-il.

Cela fait maintenant plus de deux mois que l’affiche figure en bonne place dans son cabinet, et quelques voix contestataires se sont faites entendre. Ramsay Générale de Santé, qui gère des centres où le chirurgien exerce, lui a demandé de la retirer. La CGT Cheminots a également réagi en lui laissant le bénéfice du doute mais en précisant que si c’est de l’humour, « c’est un peu de mauvais goût et pas très éthique pour un médecin ».

Un truc d’humour

Si les réactions ne sont pas franchement hostiles, l’histoire va tout de même un peu plus loin pour le médecin. Le 18 mai, une plainte a été déposée à son encontre par un particulier auprès du conseil départemental de l’Ordre des médecins. Il y dénonce « un comportement inapproprié ». « Demain, ça sera quoi, un refus d’une couleur de peau, d’une origine, d’une orientation sexuelle…!? »

Mais son affiche, le Dr Robin l’assume : il a voulu faire « un truc d’humour » en lien avec son agacement, a-t-il déclaré sur France Info. Il a par ailleurs précisé qu’il n’avait jamais refusé de cheminot se présentant à son cabinet – même si, depuis, aucun ne s’est présenté comme tel. Il reste néanmoins soumis à l’article L1110-3 du Code de la santé publique qui dispose qu’« Aucune personne ne peut faire l'objet de discriminations dans l'accès à la prévention ou aux soins ».

L’Ordre a contacté le chirurgien pour avoir sa version des faits, et une tentative de conciliation avec son accusateur devrait avoir lieu prochainement.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

L’accord syndical rentre en application
Entretien avec Maud Santantonio sur sa mission Ebola
Généralisé vs généralisable

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.