La science expliquée par le Pharmachien

Pour en finir avec les fausses croyances scientifiques, Olivier Bernard, le "pharmacien impertinent qui simplifie la science et anéantit la pseudo-science", sort son deuxième livre. L'occasion de faire le point avec ses patients sur le "tyrannosaure intestinal (la constipation)" ou encore "l’ingestion de déchets nucléaires (les brûlements d’estomac)".

 

Comment est arrivé le projet du premier livre ?

J'ai toujours pensé que ça pouvait être amusant de faire un livre, mais j'attendais une bonne opportunité. Plusieurs éditeurs m'ont contacté, et j'ai choisit celui-ci qui m'a laissé carte blanche, c'était parfait pour moi. Les sujets sont plus généraux que sur le site web, ce sont plus des idées de la perception de la santé en général. Par exemple, les médicaments, ou la différence entre le naturel et le chimique, tout ça n'est pas assez ciblé pour publier sur le site. J'ai parlé des sujets qui me tenaient à coeur, comme l'homéopathie, la détox, bref je me suis vraiment fait plaisir.

Avez-vous eu des retours de médecins sur votre travail ?

Oui, en fait beaucoup de médecins me lisent, et j'en ai été très surpris ! J'ai créé mon site web pour le grand public, sans espoir que des professionels de santé me lisent, parce que tout ça est la base pour un scientifique. Mais des gens du monde de la santé m'ont écrit, en me disant qu'ils aiment ce que je fais, et qu'ils utilisent mes articles pour parler aux patients. C'est vrai que ça donne des ressources pour expliquer. Moi-même je fais ça avec d'autres sites internet, ou des lectures, pour expliquer certaines choses. C'est très accessible, facile, et rapide à lire, donc ça peut être utile au médecin.

Qu'envisagez-vous pour la suite ?

Tout ce qui arrive est une surprise. Ce n'est vraiment que du plaisir donc je continue à publier sur le site, même si c'est moins qu'avant. Quant à la pharmacie, c'est une passion. Ce que j'aime, c'est le contact avec les gens. L'aspect de la communication, trouver de nouvelles façons de parler aux patients, je ne pourrais jamais arrêter de faire ça.

Une dernière question : pourquoi ce nom ?

A l'origine, c'était juste un nom punché et facile à retenir. Mais maintenant, les gens disent que je suis le "chien de garde de la santé", ce que j'aime bien !

 

Interview, partie #1

Pour suivre le Pharmachien : son site, Facebook. Son 2e livre sortira le 15 octobre

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Pour une semaine de radio
A quand le Wiki-DMP des hôpitaux ?
Entretien avec le Dr Christophe Lanièce, sauveteur en montagne

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.