« Je fais confiance à leur sens des responsabilités » : Frédéric Valletoux veut apaiser les tensions avant la grève totale des cliniques privées

Article Article

Le ministre de la Santé Frédéric Valletoux espère "trouver des voies de sortie" dans le conflit opposant le gouvernement aux cliniques privées, qui prévoient une suspension totale de leur activités à partir du 3 juin prochain, a-t-il déclaré mardi. 

« Je fais confiance à leur sens des responsabilités » : Frédéric Valletoux veut apaiser les tensions avant la grève totale des cliniques privées

Frédéric Valletoux à l'Assemblée nationale, © capture d'écran LCP 

"Je discute régulièrement toutes ces dernières semaines avec la FHP et les grands établissements, et j'espère trouver des voies de sortie avant ce conflit, parce que je fais confiance (au) sens des responsabilités des offreurs de soins privés", a déclaré Frédéric Valletoux à l'Assemblée nationale, en réponse à une question de la députée RN Joëlle Mélin.

"Je sais quel est leur engagement sur un territoire, je sais quel est leur professionnalisme dans la prise en charge des Français, et je sais qu'ils ne prendraient pas le risque de mettre en péril la prise en charge des Français", a-t-il ajouté.

Les cliniques privées ne décolèrent pas depuis que le gouvernement a annoncé sa décision ne revaloriser que de 0,3% leurs tarifs 2024, alors que ceux des hôpitaux publics augmenteront de 4,3%.

Elles ont annoncé une suspension totale et reconductible de leurs activités - y compris les urgences - à partir du lundi 3 juin. Seules certaines activités vitales comme la dialyse continueront d'être assurées. 

Un manque à gagner de 500 millions d'euros

Selon la FHP, les quatre points de différence dans la hausse des tarifs 2024 s'expliquent par le fait que le gouvernement a prévu, pour les hôpitaux publics, une enveloppe spécifique pour soutenir les mesures salariales annoncées en 2023 (revalorisation des gardes de nuit et le week-end notamment).

Les cliniques privées ne bénéficient pas de cette enveloppe, ce qui représente un manque à gagner de 500 millions d'euros pour elles, selon la FHP.

Le mouvement de grève des cliniques privées est soutenu par les syndicats de médecins spécialistes libéraux. Ceux-ci ont appelé leurs adhérents à déprogrammer leurs opérations dans les cliniques à partir du 3 juin.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/frederic-valletoux-jappelle-les-acteurs-ne-pas-laisser-les-desaccords-mettre-en-peril-les

Ces syndicats sont engagés dans leurs propres négociations avec l'Assurance maladie sur leurs tarifs de consultation. Une nouvelle réunion, que l'Assurance maladie espère conclusive, doit avoir lieu jeudi.

Avec AFP

Les gros dossiers

+ De gros dossiers