Internat : les maquettes des options et FST publiées

Un peu tard pour les nouveaux internes

L’arrêté fixant les maquettes des options des DES et des formations spécialisées transversales a été publié ce mercredi. Les syndicats étudiants et d’internes se réjouissent d’avoir enfin accès au détail des formations, regrettant néanmoins le timing.

Le texte était attendu avec impatience par les syndicats et les internes. En avril, un arrêté avait déjà fixé les maquettes des 44 DES, et la liste des formations spécialisées transversales (FST). Manquait encore la maquette de ces FST.

Le vide est désormais comblé par un document de plus de 300 pages. Ce mercredi, un deuxième arrêté a été publié au Journal Officiel, modifiant partiellement le précédent. Il détaille toutes les options et les FST.

Option précoce

Les internes et futurs internes peuvent désormais connaître en détails toutes les options qui s’offrent à eux. Du côté des DES, pas de changement. La liste compte toujours 44 entrées.

Parmi les ajouts notables par rapport au document d’avril, l’introduction d’une option précoce. Elle permet notamment de « présenter deux candidatures consécutives à une option ou à une FST donnée ».

"Aurait pu mieux faire"

Les réactions des syndicats ne se sont pas fait attendre. L’ISNAR-IMG (1) salue la sortie du texte, mais regrette qu’il ne paraisse que fin décembre, et non avant les choix de stages : elle déplore que les nouveaux internes « n’aient pas pu faire un choix totalement éclairé », manquant de « visibilité sur les options et les FST accessibles dans chaque subdivision ».

Même son de cloche du côté de l’ANEMF (2) qui, même si elle reconnaît que la mise en ligne d’une partie des maquettes des DES plus tôt cette année a « permis d’éviter un choix à l’aveugle de leur DES », regrette également la parution tardive.

Sur le fond, tous semblent néanmoins satisfaits, en attendant que toutes les modalités d’accès aux options et FST soient connues et détaillées par les établissements de formation.

Un petit coup de main ?

Tous ? Non ! Certaines spécialités vont sûrement s’inquiéter du devenir de leur formation dans cette réforme. Les cardiologues et les anesthésistes avaient déjà émis des doutes sur la durée de formation et le nombre de places disponibles lors de la première mouture du texte.

Cette fois-ci, les chirurgiens de la main ont été les premiers à réagir, lors d’une conférence de presse en marge de leur congrès annuel à Paris. Le Pr Philippe Liverneaux des Hôpitaux de Strasbourg, dont les propos ont été rapportés par l'APMnews, a notamment déclaré : « Nous avons l’impression de nous être fait berner ».

N’étant pas une spécialité reconnue par l’université, la chirurgie de la main n’a pas eu son mot à dire dans les débats et les négociations de la réforme du 3e cycle. La formation s’effectuait auparavant en 7 ans, dont deux années de post-internat, et deux DU de microchirurgie et de chirurgie de la main. La réforme aura comme conséquence la réduction d’une année de formation. Une « formation au rabais », d’après les spécialistes.

Pour cette spécialité comme pour d’autres, des ajustements seront sans doute nécessaires.

(1) L'InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale.

(2) L'Association Nationale des Etudiants en Médecine de France.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.