« Installée comme généraliste à la MSP de Monthureux-sur-Saône dans les Vosges, j’ai trouvé l’exercice qui me correspond à 100% »

Article Article

34 ans, vive, joyeuse, dynamique, Marion Malgras est une généraliste heureuse. Elle s’est installée dans une MSP à Monthureux-sur-Saône dans les Vosges. Un exercice de médecin de famille, comme elle en rêvait, mais pas seulement, elle lance aussi plein de projets médicaux modernes en accord avec sa vision de prise en charge globale du patient en médecine générale. Un témoignage qui fait du bien.

« Installée comme généraliste à la MSP de Monthureux-sur-Saône dans les Vosges, j’ai trouvé l’exercice qui me correspond à 100% »

Marion Malgras, une médecin généraliste heureuse dans les Vosges.

© DR

Médecin généraliste surimpliquée à la maison de santé pluriprofessionnelle de Monthureux-sur-Saône, maman de deux enfants, Marion Malgras nous répond au téléphone entre ses consultations et ses visites. La trentenaire est ravie de partager son expérience : « J’ai trouvé l’exercice qui me correspond. J’ai trouvé l’endroit parfait. Je n’ai jamais voulu travailler à l’hôpital, je n’ai jamais voulu devenir salariée, car je ne supporte pas d’avoir quelqu’un au-dessus de moi. Mais je n’ai jamais voulu exercer toute seule non plus. »
Cet endroit, justement c’est la MSP de Monthureux-sur-Saône, dans un village d’à peine un millier d’habitants au cœur des Vosges.

« Dans la MSP, il y a 4 médecins généralistes, 2 infirmières libérales, 1 infirmière Asalée, 1 orthophoniste, 2 kinés… »

« Dans cette maison de santé nous sommes quatre médecins généralistes, deux infirmières libérales, une infirmière Asalée, une orthophoniste, deux kinés… On a des consultations de puéricultrices et de sages-femmes de la PMI, des consultations d’addictologie et on a trois secrétaires médicales (que je remercie pour leur implication). Et tous les titulaires de cette MSP forment une famille. Beaucoup de jeunes se sont installés. On déjeune tous ensemble le midi, on passe de bons moments, on peut échanger. On peut poser une question à un de nos collègues si on a un doute, il y a de l’entraide, et une vraie complémentarité avec les paramédicaux. »

« J’ai toujours su que je voulais m’installer en milieu rural »

Et Marion Malgras n’est pas arrivée dans cette MSP par hasard. Depuis toujours elle voulait être médecin de campagne. « J’ai fait mes études de médecine à la Fac de Nancy. Je suis originaire de la région d’Epinal et je savais, depuis le début, je voulais m’installer en milieu rural. Je savais aussi que ce secteur des Vosges manquait de médecins généralistes, c’est pourquoi j’ai choisi de faire mes stages ici. J’avais même signé un CESP (Contrant d’Engagement de Service Public) pendant mon internat pour venir m’installer dans cette région ».

« Nous lançons un atelier de nutrition avec un chef local, un atelier pour la mémoire, pour la dyslexie »

Mais ce n’est pas parce qu’on est à la campagne qu’on ne propose pas une médecine nouvelle adaptée à tous les publics. Cette MSP est plus que dynamique, elle est carrément innovante. « Nous sommes le seul pôle de santé dans un rayon de 25 km tout autour. On est très soutenu par les politiques locaux et par le département et grâce à eux on peut développer des projets un peu fous : nous venons de construire une extension, dont l’équipement est pris en charge par le département, avec une cuisine pour lancer des ateliers nutrition avec un chef local, un autre espace d’échanges pour créer des ateliers autour des troubles de la mémoire, on a même un projet avec un illustrateur pour un atelier avec les enfants dyslexiques… L’objectif c’est d’avoir un esprit qui va au-delà de la médecine classique. »

« Mon objectif a toujours été la prise en charge globale du patient »

Malgré cette médecine moderne et engagée, Marion Malgras goûte aussi le côté plus traditionnel de son exercice. « C’est très convivial avec les patients, l’esprit médecin de famille. Moi je ne veux pas juste voir quelqu’un passer pour un médicament, pour un nez qui coule. Mon objectif a toujours été la prise en charge globale du patient. Et je craignais vraiment de ne pas retrouver ça en médecine de ville. Et en plus je suis appelée à réaliser des petits gestes techniques. »

« Quand je pars en VAD, il n’est pas rare que je reparte avec une douzaine d’œufs »

Sans parler de l’enthousiasme de sillonner la magnifique campagne environnante pour se rendre aux chevets de ses patients… qui lui rendent bien. « Les Vosgiens sont très sympathiques. Pour le coup je ne me retrouve pas dans ce portrait du médecin maltraité par des patients râleurs. Quand je vais en visite, il n’est pas rare que je reparte avec une douzaine d’œufs, ou une cagette de légumes en été. Il m’est déjà arrivé qu’un patient tape à ma porte, un soir où je travaillais tard, et me donne une poignée de cerises. Ce sont des petites attentions très sympathiques. Et en visite dans les Vosges, vous voyagez, vous profitez de beaux paysages… »

« Un de mes patients a joué les chauffeurs pour moi pendant plusieurs semaines »

Et qui, à part Marion Malgras, peut se vanter d’avoir des patients prêts à mettre la main à la patte si besoin ? « Les gens sont très reconnaissants de ce qu’on fait pour eux. Pendant le Covid on a créé un des premiers centres de vaccinations des Vosges, ici à Monthureux. Et bien ce sont des bénévoles du village qui géraient l’accueil ! »

« Encore plus fort, suite à une opération du pied, je ne pouvais plus conduire. Un de mes patients m’a servi de chauffeur pour les VAD, pendant toute ma convalescence. »

« Il y a toujours un médecin d’astreinte à la MSP pour gérer les urgences de mes patients 

Bien sûr, il n’y a pas de paradis, pas d’endroit idyllique, l’exercice à la MSP de Monthureux est très prenant, très exigeant, comme partout, pour tous les médecins. « Nous sommes très présents, mais dans une bonne ambiance, alors ça se fait bien.  

Dans notre système de garde, nous sommes 6 à tourner, donc on travaille un week-end sur 6. Sinon, moi je suis chez moi le mercredi. Et les secrétaires filtrent énormément, d’autant qu’il y a toujours un médecin d’astreinte à la MSP pour gérer mes patients en urgence. »

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/page/je-vois-la-vie-en-vosges

Marion Malgras le résume très bien : « La MSP de Monthureux-sur-Saône c’est l’histoire de tout un village. Ce n’est pas magique, mais il y a une qualité de vie au travail incroyable ! »

- Le CD Vosges est fier de vous présenter ses médecins
0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers