Après un an, la télé-expertise enregistre un démarrage poussif

Après un an de télé-expertise, l'assurance maladie publie des chiffres partiels, qui établissement à moins de 1000 le nombre de télé-expertise. 

C’est en catimini que le premier anniversaire de la création de la télé-expertise ne s’est pas déroulée le 10 février dernier... Et pour cause : les premiers chiffres sont plutôt… modestes. Et incomplets. Contacté par WUD, la caisse nationale d’assurance maladie a tout juste pu nous communiquer les données sur les six premiers mois de télé-expertise. Entre février 2019 et septembre 2019, seulement 779 télé-expertises ont été remboursées par l’assurance maladie. Ce n’est qu’en mars prochain que l’assurance maladie aura une vue d’ensemble sur cette première année de télé-expertise. Quoi qu’il en soit, ces chiffres sont à mettre en relation avec ceux de la téléconsultation. Au bout d’un an, le nombre de téléconsultation remboursée était de 60 000, un bilan relativement modeste, quand on le compare à la moyenne des consultations chaque année de médecins généralistes, qui s’élève à 190 millions. 

Selon la société Omnidoc, qui a publié une première étude sur le premier anniversaire de la téléexpertise, ce démarrage modeste est dû à un manque de notoriété de la téléexpertise : « Peu de publicité de la part de l’état ou des partenaires sociaux et une couverture médiatique très faible font que la majorité des médecins ignorent toujours l’existence de ce nouvel acte. » La rémunération, selon Omnidoc, est jugée faible, et les professionnels de santé rencontrent des difficultés à facturer. En effet, les éditeurs de logiciel ont mis énormément de temps pour faire une mise à jour de leur logiciel de facturation, rendant impossible la facturation de la télé-expertise. 

Quoi qu’il en soit, faute de bénéficier des données de l’assurance maladie, Omnidoc fournit ses propres estimations sur le deuxième semestre de l’année. Revendiquant 30% des télé-expertises, Omnidoc note sur le deuxième semestre de mise en place de la télé-expertise, une augmentation de 30% en moyenne, contre 6% sur le premier semestre. Pour cette société, la télé-expertise devrait faire un bond en avant en 2020, pour plusieurs raisons : la notoriété de l’acte a progressé, la télé-expertise devrait s’appliquer à tous les patients, et les outils techniques ont également muri. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Pour désengorger les hôpitaux, de nombreuses équipes médicales ont décidé de mettre en place des applications de télésuivi, qui leur permettent de...
Les médecins seraient-ils anti-progressistes ?
Que pensent les Français de la téléconsultation ? S'ils y sont majoritairement favorables, en revanche, ils la réservent pour les bobos et les avis...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.