La téléconsult’, un truc de jeunes

Pour l'assurance maladie, la téléconsultation est bel et bien partie ; mais avant tout pour les jeunes Parisiens...

La téléconsultation a un an et ça se fête. À cette occasion, l’assurance maladie a fait ses comptes : en un an, elle a eu à rembourser 60 000 téléconsultations. Une paille si on compare ce chiffre avec celui du nombre de consultations physiques, qui s’élève à quelques 500 millions… Mais c’est un bon début, pour Nicolas Revel qui dans un communiqué s’est dit « confiant : la montée en charge est nette et va aller en s’accélérant, en s’appuyant notamment sur les autres professions engagées dans la démarche comme les infirmiers ou les pharmaciens ». Soit. 

 

En tous cas, la téléconsult’, c’est un truc de jeunes, tant du côté des patients que des médecins. « Les médecins « téléconsultants » sont globalement plus jeunes ; la moitié d'entre eux a moins de 50 ans alors que cette classe d'âge ne constitue que 37 % de l'ensemble des effectifs de généralistes libéraux », établit l’assurance maladie. Côté patient, « un tiers de ceux ayant bénéficié d'une téléconsultation a moins de 30 ans et 56 % moins de 40 ans ». 

 

Sinon sans surprise, l’assurance maladie nous apprend que ce sont les médecins généralistes qui téléconsultent le plus. 85% des téléconsultations sont facturées par des médecins libéraux, et ce sont les médecins généralistes qui pratiquent le plus la téléconsultation avec 65% des actes. Paradoxalement, ce n’est pas dans la Creuse, un désert médical, que l’on consulte le plus ; la téléconsult n’est pas le remède à l’inégale répartition de la démographie médicale, loin de là. Puisque c’est en région parisienne que l’assurance maladie comptabilise le plus de téléconsultation. « Elles représentent à elles seules 44 % de l’ensemble des téléconsultations (15 % à Paris, 8 % dans le Val-de-Marne, 6 % dans les Yvelines comme dans les Hauts- de-Seine) ». Les femmes « patientes » téléconsultent beaucoup plus que les hommes : 64% contre 36%. 

 

Selon les prévisions de l’assurance maladie, les téléconsultations devraient croitre rapidement dans les mois qui viennent. Dès cette rentrée, « le nombre de téléconsultations se situe autour de 3 300 par semaine ». Dès janvier 2020, les infirmiers pourront valoriser leurs interventions pour accompagner un patient en téléconsultation. Les pharmaciens organiseront des téléconsultations dans leurs officines, tandis que les médecins en exercice regroupé pourront proposer des téléconsultations à des patients en difficulté d’accès aux soins sans recourir aux médecins traitants. 

 

 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

MG France et d'autres syndicalistes et médecins dénoncent les dérives commerciales de certaines plateformes de téléconsultation. 
Les médecins seraient-ils anti-progressistes ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.