Après 47 000 décès par surdose d’opioïdes, l'OMS retire ses recommandations

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait inclus l’OxyContin ® dans les médicaments de première intention des douleurs chroniques. 47 600 décès plus tard, elle vient de réviser ses recommandations. 

Le 10 janvier, par un discret communiqué, l’OMS a retiré ses recommandations sur l’utilisation des opioïdes dans la douleur chronique. L’organisation précise bien que la prise en charge de la douleur reste une priorité, mais que l’utilisation des opioïdes doit être plus prudente en raison des risques d’addiction. Le BMJ souligne que cette décision a été prise à la suite de la divulgation des conflits d’intérêt entre les experts chargés de l’écriture des recommandations et la société Purdue qui commercialise l’OxyContin ®, l’un des principaux médicaments (avec le Vicodin ® et Percocet ®) à l’origine de la crise qui a fait 47 600 décès aux États-Unis en 2017 contre moins de 10 000 en 2000.
 
Comme l’industrie pharmaceutique l’avait déjà fait auparavant dans d’autres maladies ou symptômes, Purdue a cherché à augmenter le nombre de prescription de son médicament phare qui jusque là était réservé aux douleurs post-opératoires et aux patients en fin de vie. En 2002, Purdue a obtenu de la FDA que l’OxyContin ® soit exclu des produits stupéfiants et inscrits sur la liste des médicaments à prescription possible avec mise en marge des risques de dépendance. C’est ce qui a permis un changement de stratégie.
Grâce à une communication très active vis-à-vis des patients, Purdue a mis en avant l’insuffisance de la prise en charge de la douleur et en particulier la douleur chronique nécessitant un traitement continu pendant une période de temps prolongée. Et les patients, se pensant bien informés, ont demandé et parfois exigé des prescription d’OxyContin®. Purdue dans le cadre d’une association qu’elle a mis en place « Partners against pain » a développé un site internet destiné aux patients et des formations spécifiques pour les médecins destinés à prouver que l’OxyContin ® pouvait être prescrit comme une alternative aux anti-inflammatoires et au tramadol® en première intention en cas de douleurs chroniques.
 
Et c’est justement cette indication qui était mise en avant dans la vidéo diffusée par Purdue : « N’ayez pas peur de ce que vous avez entendu sur les opioïdes… trouvez le bon médecin qui vous les prescrira ». L’OMS en 2012 a inclus l’OxyContin ® dans les médicaments de première intention des douleurs chroniques. Même si depuis 2017 Purdue fait face à des procès aux États-Unis pour les addictions et décès induits, et si depuis fin 2019, la compagnie s’est mise en cessation de paiement, l’OMS a attendu début 2020 pour changer ses recommandations. Comme le précise le BMJ, la découverte de conflits d’intérêts entre les rédacteurs des recommandations et Purdue a enfin fait changer les choses. Après combien de morts ? 702 000 aux États-Unis entre 1999 et 2017. 
 

Portrait de Isabelle Catala

Vous aimerez aussi

Le ministère de la Santé du Vietnam a demandé aux médecins et aux soignants de ne pas discriminer les patients LGBT, dont l'orientation sexuelle ou...

Les autorités sanitaires américaines ont alerté hier sur le nombre très important de patients souffrant d'hépatite C mais n'étant pas soignés, alors...

Les Nations unies ont annoncé hier une augmentation majeure de leur appel d'urgence pour l'aide humanitaire à l'Ukraine, estimant les besoins à 4,3...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.