5 bonnes raisons de travailler en centre de santé

Les centres de santé, vous y avez pensé ? Ces structures d’exercice coordonné offrent de nombreux avantages aux professionnels de santé qui y travaillent. Petit tour d’horizon des bonnes raisons de pratiquer en centre de santé. 

 

Exercer en groupe : de plus en plus de praticiens s’engagent dans cette voie. Cela peut prendre différentes formes - cabinet de groupe, maison de santé…  ou encore centre de santé. Il en existe 2000 sur le territoire, selon le Ministère de la Santé, et ils sont en plein essor. Ils se situent pour la plupart en zone urbaine mais se développent dans toutes les régions, dans les zones plus rurales ou prioritaires.

 

Pratiquer en centre de santé présente beaucoup d’avantages, notamment pour la nouvelle génération de professionnels de santé. Ces structures de soins de proximité répondent à leurs aspirations : un exercice pluriprofessionnel, une pratique collective, des modèles de prise en charge modernes… Mais aussi un cadre de travail plus souple, un mode d’exercice qui leur permet de concilier vie privée et vie professionnelle. Tous ces avantages expliquent l’engouement des praticiens pour ces structures. Voici 5 bonnes raisons de pratiquer en centre de santé.

 

Pour bosser en équipe

Former une équipe de soins : c’est l’essence même des centres de santé. Les praticiens qui y exercent ont une approche pluridisciplinaire de la médecine et sont tout le temps menés à interagir. Ils élaborent des protocoles communs, établissent de nouveaux parcours de soins... « Par exemple, ici, nous avons mis en place avec le réseau REPOP tout un parcours autour de l’obésité de l’enfant, qui inclut les différentes spécialités - généraliste, diététicien, kiné, psychologue …», explique Laurence Marrié, directrice du centre de santé Kersanté du 19e arrondissement de Paris. Ces relations d’équipe permettent d’enrichir le quotidien et la pratique, et de déployer une prise en charge plus efficace pour les patients.

 

Pour expérimenter plein de projets

Innover, développer des projets, des partenariats… C’est dans l’ADN des centres de santé. Du fait de leur maillage territorial et de leur vocation d’accès aux soins pour tous, les CdS mettent en place de nombreux projets innovants au sein de leurs unités, mais aussi avec les autres acteurs locaux (hôpitaux, établissements socio-médicaux…), avec lesquels ils établissent de nouvelles formes de collaboration. « Avoir la tête plein d’idées neuves, c’est même un critère de recrutement des candidats. J’aime quand les médecins proposent des nouveaux projets pour le centre ! », ajoute Laurence Marrié. Les projets sont d’ailleurs nombreux dans les centres de santé Kersanté - téléconsultation avec objets connectés et réseau d’infirmiers libéraux ;  antenne à proximité de services d’urgences hospitalières…

 

Pour la liberté

Le CdS, c’est flex ! En centre de santé, on peut exercer à temps plein, à temps partiel, et combiner avec un exercice libéral ou hospitalier. Il est vrai que le salariat présente un certain nombre d’avantages : ticket resto, congés payés, couverture complémentaire… tout un langage inconnu aux libéraux ! Mais de plus en plus de professionnels de santé sont séduits par le mode mixte. En fait, c’est le praticien qui choisit ! Cette grande souplesse, c’est un plus : elle lui permet de concilier vie professionnelle et vie privée.

 

Pour le côté pratique

Pas besoin de gérer le secrétariat, la location des locaux, l’entretien, la gestion… Tout est pris en charge par le centre de santé. Moins d’administratif, cela signifie plus de temps dédié au patient - que ce soit du temps de consultation, ou du temps de coordination. Autre truc très pratique : la mutualisation des moyens et des parcours de soins permet d’avoir accès au dossier médical partagé (DMP). Enfin, pour postuler à un centre de santé, les process sont simplissimes : CV, lettre de motivation, entretien d’embauche… et le tour est joué !

 

Pour l’ambiance

L’esprit d’équipe, ça tisse des liens. Les centres de santé sont conçus pour favoriser les interactions entre praticiens, et leur configuration reflète cette approche : salles communes, espaces d’échange… « On se connaît tous très bien, on forme comme une grande famille, même si chacun conserve sa liberté. On fait tout pour que le médecin se sente bien ici parce que c’est comme ça qu’il prodiguera des soins de qualité, et qu’il développera son esprit d’équipe », conclut Laurence Marrié.

 

Une plongée dans les centres de santé signée Kersanté et What's Up Doc. 

Portrait de Marion Guerin

Vous aimerez aussi

Sept ans. C’est en moyenne le retard qu’accuse le diagnostic de l’endométriose. Pour faire face à ce problème de santé publique, les professionnels...

Depuis le 8 mai dernier, plus besoin de se rendre chez le doc’ avant de commencer une activité sportive pour les enfants. Pensée notamment pour...

Il pensait d'abord faire sa carrière à l'hôpital, mais c'est en libéral dans une clinique privée qu'il s'épanouit. Romain Belmonte, 35 ans, est...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.