Vaccination Covid : astreinte médicale, comment on facture ?

Dans les centres de vaccination, plus besoin d’avoir systématiquement un médecin présent, à condition d’en avoir un d’astreinte. Ok mais on facture comment ? L’Assurance Maladie a fait le récap.

C’est l’été, si les médecins prennent des vacances, ce n’est pas le cas des variants. Il faut donc vacciner. Beaucoup et vite. Pour que cela soit possible, le ministère des Solidarités et de la santé a souhaité quelques assouplissements. Désormais, la présence d’un médecin en centre de vaccination n’est plus systématique.

En revanche, dans chaque centre où aucun médecin n’est là physiquement, il faut organiser une astreinte. Un scénario qui ne peut donc se dérouler « que dans les zones qui bénéficient d’une couverture réseau internet et de téléphonie mobile suffisante », précise le site Améli. Il faut être joignable « durant les horaires d’ouverture et jusqu’au départ du dernier patient. Chaque appel au médecin fait l’objet d’une traçabilité par le centre. » 

Concernant le paiement, l’Assurance Maladie détaille les grilles :

  • « en journée de semaine (du lundi au samedi matin), les astreintes de 6 h (8 h - 14 h ou 14 h - 20 h) sont rémunérées 75 € (50 € pour les retraités et salariés) ;
  • les samedi après-midi, les astreintes de 14 h - 20 h sont rémunérées 100 € (70 € pour les retraités et salariés) ;
  • les dimanches et jours fériés, la rémunération de ces mêmes plages horaires (8 h - 14 h ou 14 h - 20 h) sont portées à 150 € (115 € pour les retraités et salariés) ;
  • dans les cas d’ouverture en dehors de ces horaires, les astreintes de soirée (20 h - 00 h) sont rémunérées 50 € (35 € pour les retraités et salariés) et 100 € (70 € pour les retraités et salariés) les dimanches soirs ; celles de nuit (entre 0 h 00 et 8 h) sont portées à 100 € (70 € pour les retraités et salariés). »

Pour être rémunéré, il faut transmettre à sa caisse d’assurance maladie le bordereau dédié tamponné par le centre de vaccination avec les dates et heures des astreintes. En cas de déplacement, on retombe sur la rémunération d’une activité en présentielle.

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Alors que la population compte 1 à 2 sourds profonds pour 1000 personnes, les contours de leur prise en charge en soins courants restent flous. Et...

Après le Rhône et les Alpes Maritimes, c’est au tour de dix nouveaux départements de devenir le terrain d’expérimentation de la carte vitale...

Au CHU de Nice, les services d’infectiologie et de réanimation ont été pris d’assaut cet été. Un effervescence épidémique qui a convaincu la région...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.