Un vaccin contre la bronchiolite, une première mondiale !

Article Article

C'est une première mondiale : les Etats-Unis ont approuvé hier le premier vaccin contre le virus respiratoire syncytial (VRS), responsable de la bronchiolite et de dizaines milliers de décès chaque année.

Un vaccin contre la bronchiolite, une première mondiale !

© IStock 

Cette autorisation du vaccin Arexvy, développé par le géant pharmaceutique britannique GSK, a été accordée par l'Agence américaine des médicaments (FDA) pour les adultes de 60 ans et plus.

Cela représente "un succès important en matière de santé publique pour prévenir une maladie qui peut être mortelle", s'est félicité dans un communiqué Peter Marks, responsable au sein de la FDA.

La semaine dernière, ce même vaccin a reçu un avis favorable de l'Agence européenne du médicament (EMA). La décision finale de la Commission européenne est attendue dans les mois qui viennent.

Après des décennies de recherche, une course est engagée entre plusieurs groupes pharmaceutiques pour décrocher ce marché qui s'annonce juteux.

Les laboratoires Pfizer et Moderna développent également chacun un vaccin VRS pour les personnes âgées. Pfizer a dit s'attendre à une décision de la FDA américaine sur son autorisation en mai.

Selon les autorités sanitaires américaines, ce virus entraîne le décès d'entre 6 000 et 10 000 personnes de 65 ans et plus aux Etats-Unis chaque année, et entre 60 000 à 160 000 hospitalisations.

GSK a indiqué dans un communiqué que son vaccin serait disponible dès la prochaine saison épidémique, cette année.

Les effets secondaires étaient principalement de la fatigue, des douleurs musculaires, ou encore des maux de tête

L'autorisation du vaccin de GSK se fonde sur un essai clinique avec environ 25 000 participants, dont la moitié ont reçu le vaccin et l'autre moitié un placebo. Le vaccin s'est révélé efficace à 83% pour prévenir les infections des voies respiratoires inférieures.

Les effets secondaires étaient principalement de la fatigue, des douleurs musculaires, ou encore des maux de tête.

Dans une autre plus petite étude, un participant a développé le syndrome de Guillain-Barré, une rare maladie neurologique, neuf jours après avoir reçu le vaccin Arexvy. La FDA a demandé à GSK de continuer à conduire des études afin de surveiller ce risque.

Chaque hiver, la bronchiolite est sous le feu des projecteurs, mais elle a particulièrement fait parler d'elle l'année passée, dans un contexte de fin des confinements liés au Covid-19, et donc de circulation accrue des virus.

Les Etats-Unis et l'Europe ont notamment été durement frappés, particulièrement les bébés, qui avaient évité d'être exposés durant la pandémie de Covid.

L'Union européenne a par ailleurs approuvé fin 2022 un traitement préventif de la bronchiolite développé conjointement par AstraZeneca et Sanofi. Destiné aux nourrissons, le nirsevimab n'est pas à proprement parler un vaccin mais fonctionne avec une même intention préventive.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers