Roulis de printemps

Article Article

Critique de "Juliette au printemps", de Blandine Lenoir (sortie le 12 juin 2024)
 Espérant se rétablir d'une dépression lancinante, Juliette retourne quelques jours dans son village natal. Elle y retrouve son père, qui traîne sa tristesse avec une constante pudeur taquine, sa mère, excentrique artiste peintre sur le tard, sa soeur, épouse et mère modèle au bord de la crise de nerfs, et sa vieille Nonna qui s'épanouit en maison de retraite. Elle va y découvrir, tapi sous les non-dits et les émotions sans motif ou contenues, le secret de sa famille, dont elle avait totalement occulté le souvenir...

 

Roulis de printemps

Juliette au printemps de Blandine Lenoir.

© DR

Blandine Lenoir tient remarquablement la barre de cette chronique familiale en mer agitée, dont l'attachement pour chacun des personnages ne cesse de croître. Un petit miracle d'émotion, jamais lesté par la gravité qui l'habite.

Certains films répondent à des besoins comme voyager au coin de sa rue ou capturer quelques instants de soleil au sein d'une saison de grisaille et de gros grain. À défaut de la météo, c’est finalement cette Juliette qui aura fait notre printemps, Juliette qui débarque dans son village, et l'on sent confusément que cette contrée-ci, cette famille-là, un peu comme échouée sur une île perdue, on s'y attachera. Izïa Higelin prête fort justement à cette belle héroïne, qui ne sait pas trop pourquoi elle s'est retrouvée à illustrer des livres pour e

Cet article est réservé aux abonnés
Alors abonnez-vous : c'est 100% gratuit

Magazines
  • Accédez à tous nos contenus premium (classement, magazine...)
  • Déposez une annonce de recrutement gratuitement
  • Accédez au forum spécial médecin

Les gros dossiers

+ De gros dossiers