Plus de 16 000 internes ont fait grève le 10 décembre selon l'Isni

Pour la première journée de la grève illimitée des internes ce 10 décembre, l'Isni crie victoire avec plus de 60% des internes en grève. Le mouvement se poursuit. 

Pour la première journée de la grève illimitée des internes ce 10 décembre, le succès a été au rendez-vous si l’on en croit les chiffres rendus publics par l’intersyndicale nationale des internes (Isni). En effet, dans un communiqué sur leur site Internet, l’Isni annonce une participation supérieure à 60% des internes, soit 16 000 sur 27 000 internes, « dans tous les chu et les centres hospitaliers généraux ». Et d’ajouter que toutes les spécialités sont concernées, et que dans de nombreux hôpitaux, il « n’y aura plus d’interne pour assurer les gardes des urgences ». Quelques chiffres : « En Martiniques 140 internes grévistes, à Bordeaux 350 internes grévistes, à Brest 232 internes grévistes, à Dijon 157 internes grévistes, à Limoges 115 internes grévistes, à Lyon 350 internes grévistes, à Marseille 700 internes grévistes, à Besançon 140 internes grévistes, à Caen 52% des internes… » Pour la tutelle en revanche, "le taux de participation des internes est de 31,7% et le taux de mobilisation, de 34,7%". 

Revendications

Dans leur communiqué, l’Isni rappelle ses principales revendications. Au-delà des conditions de travail propres aux internes, L’Isni réclame : 
« - Un investissement de fond de public dans la santé et la formation en santé
- Une reprise de l’ensemble de la dette des hôpitaux par l’État (et non qu’un tiers)
- Une revalorisation des carrières des professionnels hospitaliers médicaux et paramédicaux (nous soutenons les revendications légitimes du collectif inter-urgence)
- Une gouvernance de la santé par les professionnels du soin et non par des directions hospitalières qui n’ont fait que subir la crise et réduire les effectifs et le matériel. »

Pour ce qui est des conditions de travail des internes, l’Isni se prononce pour :
- un décompte horaire du temps de travail ;
- des fonds publics pour la formation pour compenser la suppression des fonds privés ;
- une participation plus importante à la réforme des études de santé ; la suppression de la procédure de big matching. 

Et la suite ? « La grève est illimitée. Nous allons amplifier crescendo la mobilisation. Tractation vendredi 13 sur le thème « garder votre argent pour payer vos frais de santé ». Manifestation nationale le 17 décembre à Paris et en province. »
 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Une appli mobile pour réviser sa Paces
21% des externes ont pensé au suicide !
HemoSims Trauma, le serious game de la traumatologie grave

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.