Pierre Delacroix : le médecin qui roule pour Marine Le Pen

What’s up Doc a rencontré le Dr Pierre Delacroix, qui dirige le Collectif des usagers de la santé, une association chargée de faire des propositions à Marine Le Pen. Il faut dire ce qui est : le personnage est sympathique.

Le Dr Pierre Delacroix, anesth-réa en libéral à Lyon, aimerait bien qu’on le prenne pour un « Dr Tout-le-monde ». Pas de chance : il est l’éminence grise de Marine Le Pen pour la santé. En tant que président du Collectif des usagers de la santé, une émanation du Rassemblement bleu Marine, il a très officiellement présenté ses propositions à la candidate frontiste en décembre dernier. Malgré cet engagement politique à la droite de la droite, il faut bien se rendre à l’évidence : l’homme est cordial, voire charmant.

Il aime notamment mettre l’accent sur ses activité humanitaire et ses débuts à Médecins sans frontières, dans les années 70. « Je suis le seul qui ne sois pas devenu ministre », ose-t-il affirmer. Lassé des grosses machines style MSF et MDM, il dirige aujourd’hui son propre mouvement, France Humanitaire, qui intervient à la fois en France et à l’international.

Plutôt UFML que FN

Quand il parle de ses premiers engagements politiques, on pense plutôt avoir affaire à un militant de l’UFML qu’à un zélote d’extrême-droite. « En 1981, il y avait une volonté de destruction de la médecine libérale de la part de la gauche, qu’on retrouve d’ailleurs aujourd’hui 40 ans plus tard chez Marisol Touraine », juge-t-il.

Ce n’est pas tout : devenu conseiller municipal à Lyon, il s’engage sur des sujets qui cadrent mal avec son étiquette politique actuelle. En 1995, par exemple, il met en place avec Michel Noir un programme d’échange et de distribution de seringues pour les toxicomanes. Aujourd’hui, il ne renie rien. Sa position par rapport aux salles de shoot est claire : « si c’est un moyen qui peut aider à traiter des gens, j’y suis favorable ».

Quand on creuse, on trouve

Chez ce médecin ouvert et sympathique, il faut donc creuser très profond pour trouver trace des idées frontistes. Mais quand on s’en donne la peine, on y arrive. Son association s’oriente  sur le soutien aux chrétiens d’Orient parce qu’il veut « défendre [ses] racines ». Et si l’on s’enquiert d’éventuelles attaches familiales qu’il aurait au Moyen-Orient, il rétorque qu’il parlait « de la culture judéo-chrétienne ».

Autre exemple : les soins aux étrangers. Quand on lui parle de l’Aide médicale d’État (AME), dont Marine Le Pen promet la suppression, il répond en évoquant « des filières tout à fait organisées » visant à permettre aux étrangers de bénéficier du système social français.

Monsieur dédiabolisation

Ce n’est donc pas totalement une surprise si, en 2015, Pierre Delacroix finit par passer du côté du Rassemblement bleu Marine. Conseiller régional FN en Rhône-Alpes-Auvergne, il est un témoignage vivant de la dédiabolisation du parti chère à sa présidente. « Il faut arrêter de dire qu’il y a les gentils d’un côté et les méchants de l’autre », peste-t-il. « J’ai rencontré Marine Le Pen, c’est une femme normale, une mère de famille qui a beaucoup de courage. »

Alors, Pierre Delacroix se voit-il un destin ministériel en cas de victoire du FN en mai ? La question le fait rire. « J’adorerais être ministre du tourisme », lance-t-il, avant de reprendre son sérieux. « Bien sûr que non, je n’y pense pas. Je soutiens Marine Le Pen parce qu’elle laisse les médecins s’exprimer ». Mais à la fin de cette énergique dénégation, une phrase lui échappe. « On n’en est pas là ». Pas encore.

Illustration : Pierre Delacroix à Alep lors d’une mission humanitaire en début d’année (DR)

__________________________________________________________________

What’s up Doc a entamé une série de portraits sur les médecins en politique.

- Pour lire le premier épisode sur Bernard Jomier, généraliste et adjoint écolo à la maire de Paris, c’est par ici.
- Pour lire deuxième épisode sur Jacqueline Fraysse, cardiologue et députée Front de gauche, c’est par là.
- Pour lire troisième épisode sur Bernard Accoyer, cardiologue et député Les Républicains, c’est par là.
- Et le quatrième épisode sur Michèle Delaunay, dermato et députée socialiste, se trouve ici.

Portrait de Whats up doc

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.