Le gouvernement veut stopper l’hémorragie des 700 000 patients en ALD sans médecin traitant

Article Article

Le gouvernement espère "stabiliser" le nombre, en constante augmentation, de malades chroniques sans médecin traitant, pour ensuite réduire leur nombre, a expliqué mardi à Créteil le ministre de la Santé François Braun.

Le gouvernement veut stopper l’hémorragie des 700 000 patients en ALD sans médecin traitant

© IStock 

Emmanuel Macron a promis en janvier que chaque patient en affection de longue durée (ALD) sans médecin traitant se verrait proposer une solution avant la fin de l'année.

Ces malades sont environ 700 000, selon les chiffres du ministère de la Santé, du fait notamment d'une désertification médicale croissante.

L'ampleur des prochains départs en retraite de généralistes est telle qu'il faut espérer stabiliser ce nombre dans un premier temps, avant de parvenir à le réduire, a indiqué hier François Braun.

"On est dans une course pour au moins stabiliser la courbe" du nombre de patients en ALD sans médecin traitant, "et ensuite l'inverser" a déclaré le ministre, en visite à la Caisse primaire d'assurance maladie du Val-de-Marne, est en pointe dans ces efforts en direction des patients ALD.

"40% des médecins ont plus de 60 ans et vont partir en retraite dans les années qui viennent",ces médecins "ont des patients chroniques" et "il va falloir traiter immédiatement ce nouveau flux" de personnes

Dans le département du Val-de-Marne, "40% des médecins ont plus de 60 ans et vont partir en retraite dans les années qui viennent", a dit François Braun. Ces médecins "ont des patients chroniques" et "il va falloir traiter immédiatement ce nouveau flux" de personnes dépourvues de médecin traitant.

La Caisse nationale d'assurance maladie tente d'imposer aux médecins généralistes libéraux des engagements pour augmenter leur temps médical devant le patient, dans le cadre de la nouvelle convention médicale pour les cinq ans à venir.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/reforme-des-retraites-nous-ne-voulons-pas-quon-nous-pique-nos-reserves-les-liberaux-ont

La Cnam a proposé une consultation revalorisée à 30 euros pour les généralistes acceptant des engagements en ce sens, contre 26,5 euros pour les autres. Mais les négociations avec les syndicats de médecins ont échoué, et la balle est maintenant entre les mains d'un arbitre, une ancienne haut-fonctionnaire dont les propositions s'imposeront aux médecins et à la Cnam.

Au total en France, environ 6 millions de personnes en France n'ont pas de médecin traitant.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers