Réforme des retraites : « Nous ne voulons pas qu’on nous pique nos réserves, les libéraux ont cotisé beaucoup, on veut garder notre caisse »

Article Article

Sophie Bauer, présidente du SML, est plutôt soulagée. Pour l’instant, rien dans la réforme des retraites ne viendrait trop toucher aux retraites des médecins libéraux. Mais elle reste en alerte…

Réforme des retraites : « Nous ne voulons pas qu’on nous pique nos réserves, les libéraux ont cotisé beaucoup, on veut garder notre caisse »

Sophie Bauer, présidente du SML.

What's upDoc : Rien d’alarmant dans les annonces d’Elisabeth Born pour les retraites des médecins libéraux, et même une bonne nouvelle ?
Sophie Bauer : Oui la Carmf est conservée et c’est une bonne nouvelle ! Ce qu’on veut surtout c’est qu’on ne nous pique pas nos réserves, cela serait dramatique. Nous avons constitué ces réserves en payant très cher notre retraite. On a prévu le trou démographique, donc nous avons beaucoup cotisé, pour pouvoir passer cette mauvaise période. Donc c’est rassurant de garder notre caisse, mais il faut qu’on la garde entière. Mais le SML va défendre âprement la retraite des médecins, nous avons un pôle retraite pour ça et nos médecins sont à la manœuvre pour nous…

64 ans pour la retraite, pour la majorité des médecins libéraux n’est pas un enjeu.
SB. L’immense majorité travaille bien au-delà de 64 ans, c’est sûr, mais ça va aussi dépendre de la convention qui arrive. Si la convention ne convient pas, nous ne sommes pas à l’abri d’un déplaquage massif.
Pour ce qui est de l’âge de la retraite, nous, pour l’instant nous avons des possibilités de départ en temps choisi, avec quand même des décotes de retraite, à partir de 62 ans. Nous ne savons pas encore, si cela va être porté à 64 ans ou pas. Parce que même avec une décote ça permettait de partir plus tôt pour les personnes en mauvaise santé ou avec des impératifs familiaux.

« Nous avons aussi une demande que nous voulons formuler lors de ces négociations : avoir la possibilité d’une retraite partielle, qui existe pour les hospitaliers »

Mais est ce que beaucoup de médecins libéraux sont concernés par ce départ à la retraite à 62 ans ?
SB. Il y en a quand même qui le font malgré la décote. Ça reste une possibilité et un choix personnel. Certaines personnes en santé précaire préfèrent cette solution. La question est : est-ce que cela va passer à 64 ans ?
Après pour les retraités actifs, qui déjà cette année n’auront pas de cotisation à verser, on n’a pas le décret d’application, donc nous sommes comme les oiseaux sur la branche, on ne sait pas ce qui va se passer par la suite.
Nous avons aussi une demande que nous voulons formuler lors de ces négociations : avoir la possibilité d’une retraite partielle, qui existe pour les hospitaliers. C’est-à-dire, prendre une partie de notre retraite et continuer à travailler à temps partiel. Cela est pour l’instant impossible, compte tenu des charges fixes qui sont à verser. Actuellement soit, vous continuez en retraite active plein temps, soit vous arrêtez complètement. Car l’intermédiaire n'est pas viable. Donc nous voudrions un dispositif qui permette de prendre sa retraite progressivement. Actuellement nous avons 12 000 retraités actifs, cela permettrait à beaucoup plus de médecins de continuer à temps partiel.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/les-grandes-annonces-demmanuel-macron-pour-le-systeme-de-sante-et-bonne-annee-vous

On a vraiment besoin de médecins et cela permettrait de garder quelques médecins, même deux jours par semaine. Ce qui le font, sont obligés de le faire en salarié. Ils font moins d’heure que dans leurs cabinets et au final ça coute plus cher à la collectivité.

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers