Jeunes Médecins dévoile ses propositions pour revaloriser le statut HU

Comment rendre les carrières hospitalo-universitaires plus attractives ? Lors d’une conférence de presse ce mardi 16 novembre, le syndicat Jeunes Médecins a présenté les résultats de son enquête ainsi que des propositions pour revaloriser le statut HU.

Faut-il revoir le statut HU ? Le syndicat Jeunes Médecins présentait lors d’une conférence de presse ce mardi 16 novembre les résultats de son enquête sur l’attractivité des carrières hospitalo-universitaires. Les répondants étaient au nombre de 250, toutes spécialités et statuts confondus, avec une moyenne d’âge de 34 ans. L’enquête revient en préambule sur les motivations qui poussent à entrer dans la carrière HU après le clinicat. Parmi les personnes actuellement engagées dans la carrière HU (soit 98 praticien.nes), on retouve : 

  • Pour 67,3%, un attrait pour la recherche (dont 43% recherche clinique, 22,4% recherche fondamentale et 2% pour la recherche en général) ;
  • 4,1% pour le management ;
  • 4,1% prestige du titre,
  • 11,2% pour l'enseignement ; 
  • Pour 8,1%, ce sont toutes ces raisons à la fois ;
  • 5,2% réponses diverses et anecdotiques dont attrait pour la politique, attrait pour la mission de service public, motivation à changer les choses...

En revanche dès qu'on entre dans le vif du sujet, l'insatisfaction pointe le bout de son nez : 76,5% des répondants ne connaissaient pas le mode de sélection au début de leurs études et 74,5 ne sont pas satisfaits du mode de recrutement actuel de HU titulaires.

Si on se penche sur les raisons de l’insatisfaction de la situation actuelle, parmi les causes de renoncement, 41% des répondants dénoncent une carrière insuffisamment valorisée, il s’agit d’une absence d’intérêt dans 13,1% des cas, la durée de la carrière est un frein pour 12% d’entre eux et un projet de parentalité pour 10%, un problème de financement pour 2,7% et du fait des projets de leur conjoint dans 2% des cas. 71,4% se déclarent insatisfaits de la protection sociale des HU.

La répartition des valences est également au cœur de préoccupations. « En médiane, les PUPH consacrent 3 jours pour activité clinique, 1 jour ou moins pour leur activité de recherche fondamentale, 1 jour ou moins pour l’activité de recherche clinique, il n’y a pas de temps pour le management et il reste une dizaine d’heures pour l’enseignement », explique Lamia Kerdjana, présidente de Jeunes Médecins IDF.

Face à ce constat, le syndicat a formulé des propositions « de modernisation du statut HU ». On retrouve :

  • Un temps de travail dédié pour chaque valence, avec contractualisation du temps de recherche ;
  • Une revalorisation de la valence enseignement et mangement ;
  • Arrêter la nomination à vie des PUPH et ne renouveler les postes universitaires que si cela est pertinent ;
  • Une transparence et visibilité de l’attribution des postes en amont, avec un plan de carrière défini ;
  • Une revalorisation salariale tout au long de la carrière ;
  • Un accompagnement financier de la mobilité
  • Faciliter l’obtention des financements pour les projets de recherche ;
  • Favoriser l’accès aux postes de CCA aux futurs universitaires titulaires, avec un temps de recherche dédié.

La question de l’égalité hommes/femmes émerge également dès que l’on parle de carrière hospitalo-universitaire. En effet, peu de femmes occupent ces postes, alors qu’elles comptent pourtant pour près de la moitié des médecins.

« On avait demandé que l’attribution se fasse par écrit, 6 mois avant la prise de poste. On a vu des cas où des chefs de service informent de cela à l’oral, entre temps, la médecin fait une annonce de grossesse et se le voit retirer. Et pourtant face à cela, il y a une omerta et une impunité en médecine », explique Emanuel Loeb, président de Jeunes Médecins.

Le syndicat alerte sur l’importance de valoriser le congés maternité ainsi que l’équilibre entre la vie personnelle et professionnelle « en facilitant notamment les moyens de garde et la flexibilité du temps de travail ».

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

L’histoire sociale de la profession médicale a été marquée par la Révolution française. Plus précisément par la suppression (temporaire) des facultés...

La première condition d’un partage réussi, c’est d’être (au moins) deux. Or en matière de partage des tâches, le monde de la santé déplore une...

Seule médecin de son canton, le Dr Cécile Richard n’hésite pas à se transformer en guide touristique dans l’espoir de donner envie à des médecins de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.